Emoi et ras le bol généralisé chez les forces de l’ordre… L’exécutif saura t-il l’entendre ?

Ministère de l'IntérieurTout au long de l’autoroute et la route nationale menant à Jendouba où le corps de l’un des agents victimes, des balles traitres des terroristes à Gboulat allait être inhumé, chaque poste de contrôle de la garde nationale ou de la police était pavoisé du drapeau national.

Vraisemblablement, fortement émus et remontés par le sort malheureux fait à leurs collègues, les membres des forces de l’ordre était plus raides sur leurs bottes que d’habitude, une posture qui en dit long sur la colère qui les traversent.

M’arrêtant dans une des stations-relais, j’ai remarqué la présence d’une équipe des forces de l’ordre en train de partager un café. N’hésitant pas à les aborder, je leur ai fait part de mes condoléances pour la mort de leur collègue.

Spontanément les langues se délièrent et des propos revenaient sans cesse dans leur bouche que je pourrais résumer dans la formule suivante : «plus jamais cela, ils nous auront pas, qu’on nous laisse donc en finir avec ses salauds».

Ce n’est donc sans surprise que j’ai appris sur les ondes d’une radio FM l’accueil «républicain» à coup de «dégage» des membres de la garde nationale au président de la République et au chef de gouvernement lors de la cérémonie d’hommage aux victimes de l’attaque de Gboulat.

Cette colère qui semble-t-il est générale dans le corps des forces de securité, ajoutée à la mini fronde aux allures de mutinerie dans la base de L’Aouina, laisse penser que l’exécutif vient peut être de perdre ce qui lui reste comme crédit auprès d’un corps structuré par le principe du respect de la hiérarchie et qui, en règle générale, ne laisse pas ressortir un tel ressentiment de manière ouverte et explicite.

Cet incident survenu dans l’enceinte de la base de l’Aouina sonne comme un avertissement aux plus hautes autorités de l’Etat et un prélude à d’autres actions d’une toute autre portée… Au total le coup de grâce à ce gouvernement ne viendra peut être pas du côté ou tout le monde s’y attendait… Wait and see!

Commentaires: