Les divagations boursières de Monsieur Slim Riahi

Slim RiahiSlim Riahi, homme à pouvoir tout faire du paysage politique médiatique et sportif tunisien, s’est distingué cette semaine en réussissant à réunir autour d’une table parisienne le Cheikh Rached et le Président de Nidaa Tounes.

De cette rencontre dont il ne cesse de s’enorgueillir, celui qui sera peut-être «l’étoile filante» de la politique tunisienne après en avoir été la boîte «Kinder surprise», en tire plus d’une conclusion se permettant même de tirer d’extravagants plans sur la comète.

Bref, parmi les effets positifs supposés de cette rencontre entre deux personnages que tout sépare et qui, sur une foultitude de sujets ont des approches antinomiques, monsieur Riahi relève, dans une interview accordée à Assarih, le cas de la bourse tunisienne qui dans une réaction extrêmement positive aurait rebondi de manière spectaculaire.

N’étant pas expert en la matière et n’ayant aucun raison à priori pour démentir les propos de monsieur Riahi nous avons contacté un des experts réputés en la matière pour avoir un avis précis sur ce rebond spectaculaire de la bourse par l’effet de la rencontre BCE-Ghannouchi, voici ce que monsieur Ahmed Ben Jemaâ (Directeur de la société de gestion Smart Asset Management) pu nous dire sur la question.

«La reprise de la bourse de la séance du mercredi 21 août s’explique essentiellement par la hausse spectaculaire (+5,83%) de l’un des titres phares du marché à savoir Carthage Cement qui a un poids important dans l’indice Tunindex (6,58% de l’indice). Cette hausse fait suite à la déclaration du Directeur Général de la société où il confirme le démarrage très prochain (date annoncée, le 9 septembre) de la production de ciment dans cette unité. Les transactions sur ce titre ont d’ailleurs accaparé près de 50% des volumes de la journée».

Au regard de l’analyse faite par monsieur Ben Jemaâ et sachant que le jour de l’annonce de ladite rencontre aucun frémissement même léger n’a été constaté sur le marcher financier, nous pouvons conclure que cette légère embellie de la Bourse de Tunis n’a peu ou presque pas eu de rapport avec cette rencontre tenue secrète un moment entre BCE et le cheikh Rached. Chose qui rend les conclusions du Sieur Riahi pas pertinentes du tout et relevaient au meilleur des cas d’un vœu personnel quand il ne s’agit pas tout simplement de pure divagation.

Commentaires:

Commentez...