Raid de Ouardia… La boîte de Pandore ouverte par Ennahdha délivre ses premières surprises

Ouardia BAT

La succession de descentes policières sur des lieux soupçonnés abriter des terroristes présumés, la découverte à la chaine de cachettes d’armes, les courses poursuites ici et là contre des hommes armés… Tous ces événements attestent de la volonté enfin retrouvée d’en découdre avec les terroristes.

En effet, les différents corps chargés de la sécurité intérieure, à savoir l’armée, la police et la garde nationale semblent avoir été enfin libérés des chaines qui leur interdisaient de faire leur travail et de déclarer la guerre totale aux extrémistes jihadistes.

La Troïka, menée par le parti Ennahdha, privilégiant au départ l’option politique au détriment de l’option sécuritaire, semble ENFIN se rendre compte que ceux qu’elle croyait avoir réussi à cantonner dans de pures actions de prédication et d’œuvres caritatives ne faisaient pas que de la gymnastique dans les forêts du Mont Chaâmbi et ne collectionnaient surtout pas des boites d’allumettes dans des maisons-cachettes. Ces derniers ont, en outre, exploité toute la période durant laquelle cette dernière a gouverné pour poser leurs tentacules meurtrières partout ou ils le pouvaient.

Avec l’arrestation spectaculaire suivie de mort d’homme à El Ouardia, il y a désormais un fossé de sang entre Ennahdha et les organisations terroristes qu’elle disait maitriser soit par la persuasion soit par les liens de fraternité idéologique qui les unissaient (en somme le discours classique, ne vous trompez pas d’ennemis).

Le raid de ce dimanche 4 août qui semble signer le début de la guerre totale entre l’Etat et les terroristes vient de bouleverser complètement la donne. Ainsi, la Troïka, ne pouvant plus retenir d’avantage les forces de la sécurité intérieure, bien décidées à en découdre avec la pieuvre jihadiste, n’a pas un autre choix que de conforter les premiers dans la guerre qu’ils sont en train de mener contre le terrorisme.

Toutefois, ce ralliement d’Ennahdha à la guerre contre le terrorisme ne sera pas sans conséquences pour le pays en général et pour elle en particulier. En effet, du fait de la proximité jamais démentie entre Ennahdha et une frange radicalisée de la nébuleuse islamiste dont le mouvement Ansar Al Chariaa, ces dernières opérations musclées des forces de sécurités tunisiennes ne vont pas manquer de susciter la rage de cette organisation qui ne va pas tarder à entreprendre des actions dont le but sera de mettre le pays à feu et à sang, tout en punissant, au passage Ennahdha, le parti frère qui les a trahi.

Le parti Ennahdha dont le souci est d’abord de contrer la vague de protestation populaire le visant, croit pouvoir gagner sa survie politique par l’organisation des manifestations de grosse ampleur sur la place publique. Passe le renfort des autobus remplis comme une boite de sardines de sympathisants venus de l’intérieur du pays, passent encore, dit-on, les petites sommes distribuées ici et là pour augmenter le nombre des manifestants, passe enfin l’exploitation odieuse de contre-vérités du genre «les manifestants d’en face scandant des slogans anti-islam»…

Ces manifestations pour spectaculaires qu’elles soient ne changeront absolument rien à la donne. Le parti Ennahdha est dans une sale posture, les groupes terroristes de type salafiste qu’il a toujours voulu ménager et croyait maitriser sont passés à l’action ; l’appareil sécuritaire qu’il a cru infiltrer et maitriser recèle encore de foyers de résistants et semble avoir décidé de passer outre l’option de retenue et l’action par le dialogue pour mener une guerre sans merci contre les ennemis de l’Etat et du peuple.

Messieurs d’Ennahdha, pour avoir joué la rue et l’idéologie au détriment des intérêts de l’Etat et pour avoir voulu amadouer vos enfants salafistes-jihadistes par les liens de filiations et de fraternité qui vous unissent, vous vous trouvez aujourd’hui entre l’enclume de la rage de vos enfants traqués jour et nuit par les forces de sécurité et le marteau du peuple qui ne vous pardonnera pas d’avoir favorisé un scenario à l’algérienne rien que pour les beaux yeux de vos chéris de salafistes… Il vous en coutera tôt ou tard le rejet de tout un peuple et la perte du pouvoir pour une durée je le crois indéterminée…voir définitive.

Commentaires:

Commentez...