Quand les Nahdhaouis perdent tout sens de la mesure…

Ennahdha - photo (Nawaat.org)

Ce qui vient de se produire à l’occasion de la préparation d’une manifestation de Nida Tounès dans la capitale du Sahel, Sousse, ne fait que confirmer l’état de tension et le climat de violence et d’intolérance qui règne dans le pays.

Le fait que les autorités régionales et locales se mobilisent et mobilisent toute leur énergie pour empêcher la tenue d’une activité politique prévue par Nida Tounès, l’adversaire annoncé des Islamistes pour les prochaines élections, démontre, si besoin, l’irritation voire l’extrême nervosité des « nahdhaouis » qui entendent, coûte que coûte, se présenter face à de « petits » adversaires, les partis démocratiques lesquels semblent en pleine période de désarticulation et d’implosion par la « grâce » des attitudes de certains de ses leaders à l’instar de Nejib Chebbi, attiré par les appels de « séduction » des Islamistes. Ils veulent malheureusement être des « Bani Sadr » !

Mais, revenons à « nos moutons » sahéliens qui viennent confirmer la vision totalitariste des Islamistes et leur stratégie visant à écarter par tous les moyens, y compris l’intimidation ou la violence, Nida Tounès affublé de tous les « maux » et que l’on tente, sans y arriver jusque-là, de lui coller l’étiquette d’anciens du RCD et autres qualificatifs qui n’ont pas réussi à détourner de lui l’opinion publique. Le fait que Nida Tounès soit le parti le plus hostile à la « légitimité », défendue bec et ongles dehors par les Sahbi Atig et consorts, et demeure en tête des sondages ne font qu’attiser la volonté des Islamistes de lui barrer la route.

Pour y parvenir, les Islamistes utilisent aujourd’hui leurs « représentants » de l’Etat dans les régions ainsi que leur « bras armé », les ligues de protection de la révolution, pour exercer des pressions de toutes sortes sur les partisans de Nida Tounès dans les régions afin de les dissuader de soutenir et d’œuvrer pour leur parti.

C’est pour cela que la consécration d’une démocratie dont tous les Tunisiens rêvent encore, et la tenue d’élections démocratiques, libres et transparentes s’éloigneront de plus en plus avec le comportement des gens qui sont actuellement au pouvoir, et qui n’ont qu’un seul objectif : rester au pouvoir le plus longtemps possible surtout après les événements survenus en Egypte qui leur ont fait perdre tout sens de la mesure et toute prudence…

Commentaires: