Et si Rachid Ammar était le candidat idéal ?

Rachid Ammar (photo - Mag14)Après l’interview choc de Rachid Ammar à la télévision, l’homme prend une nouvelle envergure, au point où certaines voix parlent déjà de lui comme un candidat idéal à la présidence de la République.

Libéré de ses obligations militaires, paré de son actif en faveur de la révolution et ayant une réputation de sagesse, Rachid Ammar rassure le peuple. Et des sondages d’opinion pourraient aisément le démontrer. « L’armée au service d’un Etat civil, républicain, protectrice de la révolution et de la liberté et des droits sociaux qu’elle a revendiqués » a insisté le général en lisant la lettre qu’il avait préparé en guise d’annonce en direct à la télévision.

Ets-ce ce profil idéal qui a motivé la récente cabale dont il a été la cible ? On pourrait y songer… Toutefois, aujourd’hui, nul ne connaît les intentions du général (à la retraite, prochainement) et lui affirme qu’il voudrait se consacrer à sa famille. Pourtant, à contrario, personne ne pourrait anticiper sur l’avenir.

Attendons voir… Bien que nombreux sont ceux qui pensent que Rachid Ammar prépare quelque chose et les commentaires ont fusé sur les réseaux sociaux abordant la longue interview (plus de 3H30) sur Attounissia TV du chef d’Etat-major des trois armées comme une habile manœuvre destinée à rebondir… :

«Chacun y va de son commentaire… Je ne vais pas me priver du mien… Son (Rachid Ammar) exercice consistant à passer de la langue d’acier (pas de bois) au bavardage en mode libre du discours solennel à la petite confidence, ressemble comme deux gouttes d’eau à un immense brouillage des pistes. Aujourd’hui, les adorateurs des beaux discours se sont royalement ennuyés mais pour moi ce bonhomme s’est fait passer pour un piètre orateur, un type sans culture ni ambition politique histoire de se faire oublier un temps avant de rebondir… Le discours final qu’il a lu vers la fin atteste tant sur le plan de la forme que du fond que c’est tout sauf un retraité», a d’ailleurs commenté MBJ.

Commentaires: