Hachmi Hamdi et Mohamed Abbou sur les ondes – Radio Lassitude, Radio Nausée, Radio Démagogie…

Hamdi, AbbouEcouter la radio apporte toujours du nouveau et le ton libre de la bande FM est un des acquis de la révolution. Il convient en ce sens de saluer le gros travail des animateurs, des chroniqueurs et des journalistes sur le terrain.

La radio a ceci de formidable, c’est qu’elle révèle beaucoup, sans images, rien qu’aux intonations de la voix ou au débit verbal. Oui, à voix nue, face à un micro, beaucoup de politiciens glissent, dérapent et se dévoilent sans s’en rendre compte. Les uns sont pris en flagrant délit de narcissisme, les autres s’empêtrent dans des mensonges et rares sont ceux qui, venant jouer la comédie, en sortent indemnes.

Il y a bien sûr derrière cela le grand art et la subtilité des animateurs qui sans avoir l’air d’y toucher ligotent les politiciens de guignol dans leurs contradictions. Et il y a aussi ceux qui se lâchent parmi les invités au point de s’oublier et de se démasquer tout seuls.

Ainsi, ce mercredi, j’ai pu écouter tour à tour Hachmi Hamdi et Mohamed Abbou sur Mosaique puis Chems. Démagogues et populistes, ces deux hommes politiques n’ont rien à envier aux extrémistes de droite qui sévissent actuellement en Europe. Faisant le choix du poujadisme le plus abject, ils se posent en héros, parlent d’eux-mêmes à la troisième personne et semblent être prêts à tout pour jouer dans la cour des grands.

Hamdi qui vient de fonder un nouveau parti « Al Mahabba » (L’amour) se présente à la fois comme victime du « système Ennahdha- Nida Tounes » et comme une sorte d’émir de Sidi Bouzid. S’il devait persister dans cette logique, il pourrait en arriver à des appels à la sédition au nom de la liberté d’expression.

Hamdi n’hésite pas à promettre des emplois pour tous les chômeurs, l’hôpital pour tous et de l’argent qu’il prendrait aux riches pour le redistribuer aux pauvres. Pure démagogie et aventurisme qui, c’est là le danger ont permis à ce transfuge d’Ennahdha de se hisser parmi les recours du petit peuple, alléché par ses promesses mensongères.

Pour sa part, Mohamed Abbou persiste et signe. Beau parleur, jusqu’au boutiste, démagogue pur jus, on le sent tout fier d’avoir enfin « son propre parti » qui l’émancipe de ses mentors qu’il a trahi sans vergogne. En effet, Abbou est désormais à la tête du parti du Courant démocratique et se voit en chef à son tour.

Pour s’affirmer, il n’hésite pas à en remettre une couche en s’attaquant de nouveau à Rachid Ammar et à l’institution militaire. Cette fois ci, il invoque l’âge de la retraite puisque le général serait trop âgé, selon lui. Fuyant en avant, Abbou, aventurier têtu, s’en prend également à Ghannouchi qui lui avait reproché ses critiques envers Ammar. En fait, Abbou, comme un gamin émancipé, tire sur tout ce qui bouge, l’essentiel étant de faire parler de lui.

Voici deux véritables démagogues qui peuvent par leurs discours fallacieux fragiliser les rares acquis de la révolution. Les écouter vous donne la nausée, convoque la lassitude et ressuscite les cendres de Poujade. Ces tribuns cyniques, ces politicards qui surfent sur l’ignorance et les esprits revanchards sont des dangers pour la République.

Sous des apparences de centristes et dans leurs costumes de politiciens, ils sèment la haine et la discorde tout en se considérant comme les trublions du jeu politique.

Puisse le peuple ne pas gober ce qu’ils vendent pour argent comptant. Exilé à Londres, Hamdi est un personnage insaisissable, incompréhensible. Quant à Abbou, véritable girouette, il semble capable de tout pour monter au dérisoire firmament des politiciens sans autre dessein que leur auguste personne.

Oui, la radio est révélatrice et dénude les ambitions et la duplicité. Oui, il faut donner la parole à toutes et à tous car si certains mots parviennent à emporter la conviction, d’autres mots trahissent le jeu trouble de ceux qui les prononcent.

Et si Hamdi et Abbou mériteraient d’être hués, ce n’est pas le cas des animateurs qui les ont interviewés car eux méritent un coup de chapeau !

Commentaires:

Commentez...