La mort de Adel Khadri mobilise les vendeurs ambulants à l’avenue H. Bourguiba

photo
Des vendeurs ambulants se sont mobilisés ce matin devant le Théâtre municipal suite au décès de Adel Khadri (13-03-2013 photo webdo.tn)

A l’endroit même où le jeune Adel Khadri (27 ans) s’est immolé par le feu, hier, une centaine de personnes se sont rassemblées en signe de protestation face à ce nouveau cas de suicide. Devant le Théâtre municipal sur l’avenue Habib Bourguiba, Adel, vendeur de cigarettes à la sauvette, a tenté, dans un geste de désespoir, de se suicider. Il a été secouru in-extrémis par les passants et les forces de l’ordre avant d’être transporté d’urgence au centre des grands brûlés de Ben Arous. Malheureusement, il a succombé, ce matin vers 05H30 à ses blessures.

Ce matin, l’artère centrale de la capitale s’est réveillée avec une gueule de bois et l’atmosphère semblait terne. Cette atmosphère a été rompue vers 11H30 lorsqu’une centaine de personnes, ont traversé des artères perpendiculaires à l’avenue Bourguiba puis se sont dirigées sur les marches du Théâtre.

Là, ils ont commencé à crier des slogans contre le gouvernement et mettant en avant l’honneur et la fierté des vendeurs ambulants qui ont été de nouveau touchés : «Ya houkouma aar aar, el nassaba la youhan». Renseignements pris, ces manifestants, bruyants, sont composés dans leur majorité de vendeurs ambulants ou à la sauvette.

Sur les pancartes brandies, on peut facilement saisir le message et le corollaire fait entre le suicide de Mohamed Bouazizi et Adel Khadri, plus de deux ans après le début de la révolution. Un message de désespoir, d’attente, mais aussi de solidarité avec Adel Khadri qui a voulu exprimer, à sa manière, le ras le bol et le désespoir ressentis par tous les chômeurs.

Commentaires:

Commentez...