Une vingtaine d’associations soutiennent le groupe d’avocats dans leur plainte contre les LPR

LPRLes Ligues de Protection de la Révolution semblent plus que jamais au cœur de la tourmente. Comme annoncé hier, le groupe de 50 avocats qui se prépare à porter plainte contre les LPR a confirmé, aujourd’hui à la TAP, son intention d’aller plus loin.

D’ailleurs, selon le porte-parole du groupe des 50 avocats, Me Majed Hadj Ali « une vingtaine d’associations soutiennent le groupe d’avocats dans leur initiative, dont notamment la LTDH ».

Me Hadj Ali a aussi indiqué à la TAP que  » Nous avons adressé une mise en demeure officielle au secrétaire général du gouvernement l’enjoignant d’engager les procédures nécessaires pour la dissolution des LPR conformément au décret-loi n°88 du 24 septembre 2011 relatif aux associations ».

Rappelons qu’hier, le ministre des Finances et du Tourisme, Elyes Fakhfakh a déclaré que la présidence du gouvernement a chargé le contentieux de l’État de poursuivre en justice ces Ligues de Protection de la révolution pour leur violence et a réclamé leur dissolution. Mahmoud Baroudi, de l’Alliance démocratique, est allé dans le même sens en déclarant qu’un accord de principe avait été établi pour la dissolution des ligues de protection de la révolution, ajoutant que le secrétaire général du gouvernement avait pris les mesures nécessaires pour une dissolution effective.

La réaction des LPR a été courte et simple. Contacté par la TAP, leur porte-parole, Nasreddine Wazfa, a répliqué que seule la justice peut dissoudre les LPR et que, de ce fait, ce n’est ni du ressort de l’État, ni de celui des associations.

Commentaires:

Commentez...