Le défilé des partis de l’opposition ; une lueur d’espoir ?


A l’appel des partis de l’opposition Al Joumhouri, Al Massar et Front Populaire, une importante manifestation a eu lieu ce matin au centre ville de Tunis, marquant le deuxième anniversaire de la révolution tunisienne. Cette manifestation à caractère contestataire s’est ébranlée de la place de l’indépendance, a parcouru l’avenue Habib Bourguiba et s’est dispersée dans le calme au niveau de la place des droits de l’homme, sur l’avenue Mohammed V. Une manifestation colorée, une ambiance bon enfant malgré les rares altercations verbales avec les partisans d’Ennahdha, campés depuis les premières heures sur les marches du théâtre municipal, banderoles et instruments de musique à l’appui.

Plusieurs composantes de la société civile ont battu le pavé avec les manifestants des partis politiques, tels que la Ligue Tunisienne des Droits de l’homme, le Syndicat National des Journalistes Tunisiens, l’UGET, le réseau Doustourna
Le cortège, dense et compact, était composé de jeunes et de moins jeunes, avec une forte présence des femmes.
Les leaders des trois partis ouvraient la marche.

Les slogans étaient en majorité hostiles au parti Ennahdha et à la troïka au pouvoir, et par moment, à l’assemblée constituante.
Quelques slogans hostiles au parti Nida Touness et en particulier à son leader Béji Caid Essebsi ont été aussi scandés de temps à autres par les militants du front populaire et les étudiants de l’UGET.

Au niveau de la place du 14 janvier 2011, le cordon des agents de l’ordre public s’est interposé entre les manifestants de l’opposition et quelques dizaines de salafistes et de partisans d’Enahdha qui ont, en vain, essayé de provoquer les marcheurs.

D’autres partis comme Nidaa Touness et Alliance Républicaine ont fait le choix de manifester chacun de son côté. Les militants de Nidaa Touness ont été agressés au départ de leur manifestation par des membres des Ligues de Protection de la Révolution.
A noter qu’un journaliste et membre du syndicat national des journalistes a été agressé physiquement par ces mêmes ligues.
Dans l’ensemble, une journée de célébration pour Ennahdha et de tous ceux qui tournent dans son giron, de contestation pour les différentes composantes de l’opposition, en dépit de leur division.
Une journée passée sans heurts et sans incidents majeurs, qui prouve encore une fois que la diversité des Tunisiens ne peut que les enrichir, et qui laisse entrevoir une lueur d’espoir: le rassemblement de l’opposition.

Commentaires:

Commentez...