Des déclarations de Jebali provoquent de nouveaux affrontements à Ben Guerdane

Une marche a dégénéré, hier samedi, en violents affrontements entre des protestataires et les forces de l’ordre, à Ben Guerdane, à l’issue d’un meeting populaire organisé à la maison de la culture, suite aux déclarations du chef du gouvernement provisoire, Hamadi Jebali, en visite de travail en Libye.

Des syndicalistes et des participants ont déclaré à l’agence TAP que cette marche visait à « dénoncer les déclarations du chef du gouvernement provisoire, Hamadi Jebali, lors d’une conférence de presse à Ghedames (Libye). Le chef du gouvernement provisoire avait souligné que « l’Etat ne pardonnera pas les agissements des émeutiers, des trafiquants de drogue et des personnes qui attaquent les établissements de l’Etat ».

Ils ont qualifié ses propos de « véritable humiliation infligée aux habitants de Ben Guerdane ». Un responsable syndical a révélé qu’à l’heure où les habitants de la région aspirent à une « position judicieuse du gouvernement pour apaiser la colère et calmer les esprits des citoyens », le chef du gouvernement provisoire « a émis des propos qui offensent les habitants de la région et déconsidèrent leurs revendications légitimes au développement et à la lutte contre l’exclusion ».

Dans une ambiance de colère et de vive agitation, les protestataires ont réitéré le slogan « Ben Guerdane ne tolère pas l’humiliation » et ont incendié de nouveau le siège du commissariat de police, après le retrait total des forces de l’ordre.

Commentaires: