La justice libère l’interview de Chiboub

Un nouveau rebondissement dans l’affaire de l’interview de Slim chiboub. En effet, le tribunal de première instance a rejeté le procès intenté par le chargé du contentieux de l’état visant à interdire la diffusion de l’interview de Slim Chiboub sur Attounsiya, rapporte Mosaique FM.

Hier, le tribunal de première instance a décidé d’arrêter la diffusion de l’émission de Moez Ben Gharbia, et donc de l’interview de Slim Chiboub, après que le chargé du contentieux de l’état ait décidé d’entamer une procédure en justice contre la production de l’émission.

Réaction à l’interdiction de diffuser l’interview, Moez Ben Gharbia, a promis, hier, de diffuser l’interview malgré tout, sur une chaine satellitaire arabe ou sur les réseaux sociaux. D’ailleurs, la chaîne Al Hiwar Ettounisi a annoncé sur sa page Facebook qu’elle diffusera l’interview, aujourd’hui.

Aujourd’hui, le contentieux de l’État a réagi en déposant une action en référé pour interdire la diffusion, sur tout type de média.

À ce sujet, le chef du gouvernement Hamadi Jebali a qualifié, hier, « la diffusion d’entretiens avec les symboles de l’ancien régime est une tentative de normalisation faisant partie d’un plan diabolique très bien étudié ».

Plusieurs figures politiques et médiatiques tunisiennes ont dénoncé aujouird’hui, vendredi 23 novembre, un acte de « censure » après l’interdiction faite à la chaîne Ettounsiya TV.

En fuite à Dubaï depuis le 13 janvier 201, Slim Chiboub était l’une des figures de proue du régime déchu. Grâce à sa position privilégiée, il a bénéficié de commissions consistantes dans plusieurs transactions commerciales, financières ou économiques entre des entreprises publiques tunisiennes et des partenaires étrangers.

En mars 2011, S. Chiboub a écopé d’une peine de cinq ans de prison par contumace pour détention illégale d‘armes, jugement émanant du juge de la cinquième chambre du tribunal de première instance de Tunis.

Commentaires:

Commentez...