Recrudescence de la violence à la faculté de Manouba, interruption des cours

Après la relative rémission qui a succédé aux troubles que la faculté des Lettres des Arts et Humanités de La Manopuba a connus durant plusieurs semaines, aujourd’hui le spectre de la violence est réapparu pour provoquer l’interruption des cours.

À l’origine des incidents, c’est encore une fois le niqab. Une étudiante portant cet accoutrement a été empêchée de suivre les cours au département d’arabe conformément aux règlements instaurés par le Conseil scientifique. Aussitôt un groupe de jeunes intégristes a fait irruption dans la salle de classe pour agresser l’enseignant pendant l’exercice de ses fonctions.

Une autre enseignante a dû subir le même traitement. Ces incidents graves ont engendré une atmosphère de tension au sein de l’institution, ce qui a poussé les enseignants à suspendre les cours.

Très vite, le corps enseignant s’est réuni avec le syndicat de base de la faculté. Soutenus par quelques étudiants, les professeurs se sont rassemblés devant le siège du rectorat de la Manouba en guise de protestation. On croit savoir qu’une réunion doit se tenir demain à la faculté afin d’examiner la situation. En tout état de cause, devant le silence et la passivité des autorités et au rythme où vont les choses, le risque d’une année blanche n’est pas exclu.

Commentaires:

Commentez...