Laghouat (Algérie)…le calme avant la révolution ?!

Ville gazière du Sud d’Alger, Laghouat serait en voie de déclencher les premières étincelles d’une révolution en Algérie.

Après des affrontements entre chômeurs et forces de l’ordre ayant fait une dizaine de blessés (3 lundi et 7 hier) et une vingtaine d’arrestations, Laghouat retrouve son calme depuis hier après-midi, selon l’AFP, mais la situation reste vive.

La Ligue Algérienne des Droits de l’homme a estimé que ce mouvement est lié à la pénurie de logements alors que le Comité National pour la Défense des Droits des Chômeurs parle de problème lié au chômage.
Dans la matinée d’hier, les forces de l’ordre ont usé de gaz lacrymogènes pour disperser des manifestants. Les agents de police avaient quelques heures auparavant opéré des arrestations à domicile, selon des militants des droits de l’homme.

Les manifestants demandaient l’annulation d’une liste de bénéficiaires de logements sociaux. À présent, ils exigent le départ du ‘wali’ (gouverneur), du premier responsable de la sécurité dans la ville et la libération des jeunes arrêtés par la police. Celle-ci estime le nombre d’interpellations à 25. Parmi eux, des syndicalistes et des représentants des chômeurs.

Laghouat est-elle devenue le ‘Sidi-Bouzid’ algérien? Trop tôt pour le confirmer. De plus, la complicité du régime et du pouvoir politique chez nos voisins est assez complexe pour imaginer une révolution qui colle au modèle tunisien. Un modèle qui semble virer vers l’ouest (après l’est) maintenant puisque ces mouvements de contestation ressemblent comme deux gouttes d’eau aux premiers jours de la révolution tunisienne dont les premières étincelles ont éclaté à Sidi Bouzid.

Maintenant que le calme est revenu à la ville algérienne, on se demande s’il s’agit d’un début d’un soulèvement populaire qui prolongera tout le pays dans le Changement du pouvoir à double tête ou tout simplement des contestations passagères d’une bande de jeunes au chômage qui voulaient juste faire entendre leur voix. À bon entendeur ?!

Commentaires:

Commentez...