La CGTT dénonce et porte plainte

La Confédération Générale Tunisienne du Travail (CGTT) a décidé de porter plainte «contre un groupe de personnes qui a tenté de renverser le pouvoir au sein de sa structure syndicale», c’est du moins ce qu’un communiqué émanant de la Confédération a annoncé.
Habib Guiza, secrétaire général de CGTT, y a déclaré que «l’origine et les objectifs de ces personnes qui ont usé de faux et de l’usage de faux, de l’usurpation d’identité, de la diffusion de fausses informations et de la diffamation, sont pour le moment inconnus bien qu’ils soient tous identifiés individuellement», ajoutant «les agissements de ce groupe de personnes sont très loin de toute pratique légale et syndicale et ne peuvent que porter atteinte aux mécanismes de défense et de revendications de la société civile».

Pour lui, cette tentative de putsch par une minorité «était alimentée par un agenda politique et une certaine volonté de nuire au mouvement syndical dans son ensemble». Guiza se base sur le fait que cette minorité n’a pas participé à la mobilisation de la CGTT le 20 août dernier, qui a permis «à tous les employés de cotiser pour le syndicat de leur choix quelque soit la nature de leur employeur et dans tous les secteurs économiques».

Habib Guiza a également soutenu l’Union Générale Tunisienne du Travail. Celle est pour lui «principal partenaire stratégique pour la réalisation d’un nouveau modèle social garantissant les droits et l’épanouissement des travailleurs tunisiens» et que «l’atteinte au mouvement syndical tunisien solidaire et uni autour des intérêts des travailleurs tunisiens ne sera qu’une tentative vaine et sans résultat».

D’autre part, la CGTT a décidé d’organiser une conférence de presse demain, vendredi 25 novembre à 10h30 à son siège afin de répondre aux questions qui sont les auteurs de ces tentatives et quels sont les détails de son action en justice.

Commentaires:

Commentez...