Nessma TV et la polémique « Persepolis »

Vendredi dernier, Nessma proposait le film iranien « Persepolis », traduit pour l’occasion en dialecte tunisien. Ce qu’ignorait Nessma (ou pas), c’est que ce film allait provoquer un véritable tollé, notamment sur Facebook. Les messages d’indignation et d’insultes envers la chaine télé se sont multipliés à une vitesse folle. Un événement pour organiser une manifestation et « fermer » ladite chaîne a été créé et a rassemblé beaucoup de personnes.

La date de l’événement était prévue pour ce dimanche et a effectivement eu lieu. D’après Mosaique FM, une tentative d’attaque sur le local de Nessma TV a été avortée par les forces de l’ordre. Ces dernières ont dû s’employer, à l’aide de bombes lacrymogènes, pour annihiler ces attaques. Les forces de l’ordre ont par ailleurs arrêté une trentaine de personnes, a indiqué Hichem Meddeb, porte-parole du ministère de l’Intérieur, sur les ondes de la radio.

Pour ceux qui n’ont jamais vu le film (d’animation), l’origine de cette colère contre Nessma provient de deux scènes où Dieu apparaît sous la forme d’un vieil homme avec une longue barbe blanche (voir la photo), parlant à une petite fille (l’héroïne du film). Le fait de représenter Dieu, sous n’importe quelle forme, est un blasphème qui ne pouvait passer inaperçu, selon les différents messages postés sur Facebook et Twitter.

En plus de cette représentation de Dieu, d’autres évoquent une campagne de Nessma contre les partis islamiques. Le débat qui a suivi le film évoquait l’éventuelle similitude entre ce qui se passe dans l’œuvre de Marjane Satrapi et la Tunisie, si jamais un parti islamique prenait le pouvoir. Persepolis évoque l’histoire de l’Iran avant et après l’instauration de la République islamique.

Rappelons qu’il y a deux ans, avec la série « House of Saddam » dont l’acteur principal est israélien, Nessma avait été accusée d’être de mauvaise foi. Après le 14 janvier, la même chaine TV est encore une fois pointée du doigt. Elle se positionne, implicitement, contre Ennahdha et les autres partis islamiques. Plusieurs de ses reportages et émissions ne contredisent pas ces impressions.

Enfin, sur les réseaux, les adeptes des théories du complot vont même jusqu’à dire que Nessma essaye par tous les moyens de créer la pagaille dans le pays afin de repousser la date des élections de la Constituante.

Pendant ce temps-là, la chaine ne fait qu’alimenter encore plus les accusations portées contre elle… Est-ce une stratégie pour augmenter son audimat ou simplement une liberté d’expression à laquelle les Tunisiens ne sont pas encore habitués?

Commentaires:

Commentez...