Jamais deux sans trois : le site de Rached Gannouchi, de nouveau, piraté

Les évènements s’accélèrent depuis quelques jours en Tunisie. L’intervention du Premier ministre par intérim Béji Caïd Essebsi a suscité nombre de réactions. Mais c’est celle du parti politique Ennahdha qui a été la plus marquante.

Le parti se sent-il viser suite aux déclarations du Premier ministre ? Il faut dire que ce dernier n’a pas lésiné sur les allusions faisant de partis politiques des manipulateurs du sit-in de la Kasba 3. C’est sûrement pour cela que le parti islamiste a vite fait de réagir et de nier toute implication et incitation à la violence.

Mais ce n’est pas de l’avis de tous. Trop rapide, injustifié, inutile, etc. ont déclaré certains. Dès le lendemain, le site de Rached Gannouchi, figure-phare du parti, a été piraté, et ce, pour la troisième fois en à peine… trois mois.

C’est le hacker tunisien « Jamba », fervent opposant à Ghannouchi et à son parti, qui a revendiqué les deux premiers piratages. A chaque apparition majeure dans les médias de l’ex-exilé tunisien ou à chaque activité notable du parti, « Jamba » piratait son site web. La première fois le message était clair : «on t’a à l’œil». Le second message fut une suite de questions sur le financement du parti et ses relations avec certains pays.

Hier, pour la troisième fois donc, le site du leader d’Ennahdha a été piraté. Mais cette fois par un certain « Amin Safi ». Le hacker a déclaré qu’il ne soutenait pas La Kasba 3, car, d’après lui, la manifestation a été orchestré par le parti et qu’il ne votera en aucun cas pour lui.

Se faire «hacker» trois fois de suite démontre que Rached Ghannouchi n’a rien fait pour renforcer la sécurité de son site et éviter cela. Il faut savoir que ce site est un des points de mire du parti sur le Web puisque Ennahdha n’a toujours pas son site officiel. Il est à préciser que à chaque piratage, il faut une journée pour que les inscriptions des hackers soient retirées.

Simple stratégie de propagande dans laquelle Rached Ghannouchi veut se la jouer victime ou peu d’intérêt dans l’outil informatif qu’est Internet ? Seul Ghannouchi saura répondre ! Est-il conscient que le site web d’une personnalité « aussi influente » dans le paysage politique tunisien devrait normalement être géré de main ferme et surtout mis à jour quotidiennement ? Les campagnes médiatiques des partis se jouent en grande partie sur le Web et un tel événement nous amène une question assez simple : « Sera-t-il capable de gérer tout un pays s’il n’est pas capable de gérer son propre site ? ».

Contacté afin d’avoir plus d’information sur ce sujet de site piraté, l’attaché de presse du parti Ennahdha n’a pas donné de suite.

Commentaires:

Commentez...