Aide algérienne au voisin tunisien, ou le crépuscule annoncé de Bouteflika !

S’il est vrai que la situation économique dans notre pays n’est nullement alarmante ou désespérée, il n’en demeure pas moins qu’elle est préoccupante, critique, du moins chancelante. Aussi, de nombreux amis, des voisins et autres institutions mondiales n’ont-ils pas hésité à faire preuve d’un élan de solidarité pour nous venir en aide.

A l’instar, d’ailleurs, du frère algérien qui aurait décidé d’octroyer une aide substantielle de l’ordre de 100 millions de dollars, aide annoncée depuis le 15 mars dernier à la suite de la visite du chef du gouvernement tunisien Beji Caïd Essebsi à Alger. Rien d’anormal jusqu’ici, mais l’annonce de la Banque mondiale d’octroyer une aide de l’ordre de 500 millions de dollars, sans compter une levée de fonds de 700 millions de dollars, aurait poussé certains observateurs avisés de penser que l’aide algérienne est désormais estimée insuffisante, sinon dérisoire, d’autant que l’aide en question n’a pas été débloquée à ce jour, selon le journal en ligne « Maghreb Emergent », qui a rapporté l’information. En tout cas, une aide pas du tout à la hauteur des liens fraternels unissant les deux peuples voisins.

D’autres observateurs n’ont pas hésité par ailleurs à croire qu’il ne s’agit que d’une manœuvre du président Bouteflika, lui qui semble désormais « terrifié à l’idée de suivre le même chemin que Ben Ali et Moubarak », comme l’affirme « DNA-Algerie », dans une récente édition. D’autant que son dernier discours n’a pas du tout convaincu, beaucoup estimant qu’il est venu trop tard, toujours selon les estimations du journal en ligne « DNA-Algerie ».

Toujours est-il qu’on n’a pas manqué de s’étonner, pour le moins se poser certaines questions sur le geste de Bouteflika, qui a paru émoussé, sinon sur le point…d’abdiquer.

Commentaires: