Requiem pour une grande dame : Ashraf Azzouz n’est plus

Souffrante tous ces derniers mois, l’amie Ashraf Azzouz vient de décéder. La nouvelle a de quoi désarçonner tant cette grande dame a toujours été généreuse dans l’effort, constante en amitié et pleine de ressort quelques soient les difficultés.

Depuis les années 1980, Ashraf Ashraf Azzouz s’était dévouée corps et âme à une collection de livres dont elle avait rêvé depuis son plus jeune âge.

Elle avait créé pour cela sa propre maison d’édition, la bien nommée Dar Ashraf, puis avait lancé avec succès un premier volume consacré aux Maisons de Hammamet.

Elle poursuivra ensuite le chemin, multipliant les succès, les livres et les belles rencontres avec artistes et photographes.

Grâce à elle, les plus belles demeures de Tunisie n’ont plus eu de secrets pour personne. De Carthage à Djerba, de la médina de Tunis aux dédales intimes de Sidi Bou Said, elle a ouvert toutes les portes avec l’émerveillement à la clé.

Aujourd’hui, Ashraf Azzouz n’est plus, cédant à une maladie qui l’a longtemps taraudée. Elle rejoint dans un linceul d’éternité, sa fille Sophia Baraket, brutalement décédée il y a quelques années déjà.

Ashraf Azzouz reposera désormais auprès de ses parents Dalila et Azzeddine Azzouz. Ce dernier, grand homme et visionnaire, avait crée la première agence de relations publiques en Tunisie et avait auparavant pleinement participé au mouvement national.

Longtemps, sa fille Ashraf avait gardé un manuscrit de sa plume, un témoignage intitulé « L’histoire ne pardonne pas » qui sera édité en France.

Digne héritière d’une longue tradition familiale, elle aura toujours été la persévérance et la fidélité incarnées.

Pour celui qui écrit ces quelques lignes, elle fut l’amie intime, la sœur et la confidente. Ensemble, après les années lycée, nous avions créé avec des amis proches la maison d’édition de nos premiers pas. C’est dire notre proximité, synonyme d’une grande tristesse aujourd’hui qu’elle n’est plus.

Elle demeurera dans nos larmes puis de nouveau avec nos rires et enfin dans nos mémoires. Qu’elle repose en paix. Nous veillerons sur le message qu’elle nous lègue et n’oublierons jamais sa bonté, sa joie et l’étoffe de ses rêves.

Commentaires:

Commentez...