Tunisie : Indignation suite à la mise en vente de la viande de requin blanc !

Photo issue des réseaux sociaux

La question de la protection des espèces rares et menacées d’extinction fait actuellement polémique en Tunisie. Et pour cause, des pratiques illicites de pêche qui continuent d’être observées en toute impunité.

Récemment, les photos montrant un grand requin blanc en train d’être commercialisé à Téboulba dans le gouvernorat de Monastir ont provoqué la colère des associations de défense de la cause animale, mais aussi des citoyens.

En effet, plusieurs associations et organisations environnementales ont appelé les ministres de l’Agriculture et de l’Environnement à intervenir pour stopper immédiatement la pêche anarchique des espèces marines protégées, à intensifier le contrôle et à appliquer la loi contre les contrevenants, rapporte l’agence TAP.

L’appel de ces organisations, lancé hier jeudi 12 novembre 2020, intervient en raison de la recrudescence des opérations de pêche anarchique et de commercialisation d’espèces marines protégées, dont les dernières victimes ont été une tortue marine et un grand requin blanc qui ont été commercialisés à des fins de consommation, le 8 novembre 2020.

Elles rappellent que ces espèces sont protégées par la loi tunisienne (Loi N° 1994-13 relative à l’exercice de la pêche) et par les conventions internationales ratifiées par la Tunisie (Convention de Barcelone, Convention de Berne, Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction, Recommandations de la Commission générale des pêches pour la Méditerranée (CGPM)).
Elles ont ainsi, appelé à renforcer les capacités des différents intervenants dans la protection de ces espèces (Garde maritime, police environnementale, administrations, pêcheurs…) et à les sensibiliser davantage quant à la gravité de ces pratiques.

Commentaires:

Commentez...