Abir Moussi : « Le 7 novembre vous dérange ? Vous n’avez qu’à le supprimer du calendrier ! »

La présidente du bloc parlementaire du Parti destourien libre (PDL), Abir Moussi, a critiqué les réactions suscitées par la journée parlementaire tenue, ce samedi 7 novembre 2020, à l’ARP.

L’affaire a fait polémique lorsqu’une vidéo partagée par Abir Moussi, où l’ont voit cette dernière évoquant la symbolique de cette salle et déclarant que « toutes les législations du régime nationale et patriotique s’y discutaient, d’où sa fierté de commémorer ces événements ».

Sauf que le timing de cette journée parlementaire n’est pas passé inaperçu. Plusieurs députés ont accusé le Bloc du PDL d’avoir célébré cet anniversaire.

Lors d’une conférence de presse organisée ce lundi 9 novembre 2020, elle a assuré que son parti n’a jamais nié son histoire et n’a « supprimé » aucune période de celle-ci ni de son identité politique.

Moussi a mis en garde contre une campagne féroce lancée contre le parti et ses députés après avoir la tenue de cette journée parlementaire qui, souligne-t-elle, était dédiée à l’étude du projet de loi de relance économique et au règlement des infractions de change.

Et d’ajouter que l’Etat n’a qu’à supprimer la date du 7 novembre du calendrier annuel de la Tunisie et empêcher toute activité, naissances et décès durant cette journée « qui dérange ».

Face aux nombreuses réactions, dont celle de la coalition El-Karama, le président de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), Rached Ghannouchi, a confirmé que le bureau du parlement allait ouvrir une enquête sur les accusations portées contre le PDL qui a exploité la salle Radhia Haddad pour y mener des activités partisanes.

Commentaires:

Commentez...