« L’Etat a perdu le contrôle de la situation sanitaire », estime Sahbi Ben Fraj

Sahbi Ben Fraj, ancien député et médecin cardiologue a estimé que le laxisme des citoyens et la confusion au niveau des appareils de l’Etat face au coronavirus sont les causes de ce stade de propagation de l’épidémie.

Le nombre élevé des contaminations et des décès causés par la pandémie revient, selon lui, au traitement erroné au niveau du ministère de la Santé.

L’invité de Jawhara fm, a expliqué ce vendredi 25 septembre 2020 que les estimations selon lesquelles le pic de propagation de l’épidémie aurait lieu au mois de mars ou avril étaient fausses et qu’il y avait une erreur dans l’évaluation.

Ben Fraj a souligné que le système de santé en Tunisie se dirige actuellement vers l’incapacité d’accueillir les grands nombres de cas en difficulté, ajoutant que les autorités ont perdu contrôle sur la situation et qu’il n’y a pas de mesures pratiques pour limiter la propagation de l’épidémie.

Du même avis, l’ancienne ministre de la Santé Samira Marai avait déclaré que la pire décision prise dans le cadre de la lutte contre le virus a été d’annuler l’obligation de présenter une analyse négative lors de l’ouverture des frontières.

« Les décisions sont toujours politiques, similaires aux classement des pays en fonction de la situation épidémiologique », avait-t-elle ajouté sur Nessma tv, expliquant que le comité scientifique de lutte contre le coronavirus présente ses propositions, mais que la prise de décision est politique.

Rappelons qu’en date du 23 septembre 2020, la Tunisie a enregistré 826 nouveaux cas de coronavirus, portant le nombre de contaminations totales depuis le début de la pandémie en mars à 13.305.

Commentaires: