Nissaf Ben Alaya : « A l’instar d’El Hamma, les foyers de contamination pourraient être bouclés »

La présidente de l’Observatoire national des maladies nouvelles et émergentes (ONMNE) et porte-parole du ministère de la Santé, Nissaf Ben Alaya, a déclaré que la fermeture des frontières n’est plus une option applicable en Tunisie.

Deux raisons ont été étalées, ce mercredi 23 septembre 2020, par Ben Alaya : la situation économique difficile que traverse le pays, et la propagation de la pandémie de manière horizontale et non via des cas importés.

Lors d’une conférence de presse, elle a réitéré le fait que pour limiter la propagation du coronavirus il faut respecter le protocole sanitaire et les mesures de prévention. Toutefois, en cas de détérioration de la situation, d’autres mesures plus drastiques seront prises.

« Si des scénarios similaires à celui d’El Hamma de Gabès se reproduisent, la fermeture de la région sera appliquée », a-t-elle confirmé, notant que l’imposition de couvre-feux et l’application de mesures strictes seront également adoptées dans ce cas.

Elle a expliqué que la fermeture, le bouclage ou l’imposition de mesures strictes font l’objet d’un processus d’évaluation et d’enquête sur le terrain mené par les intérêts du ministère.

Concernant les contaminations élevées parmi les cadres médicaux et paramédicaux,  Ben Alaya a déclaré que la plupart des infections avaient lieu en dehors des établissements de santé, ajoutant que le taux reste faible par rapport au nombre de la population.

Au sujet du changement de la stratégie du ministère et du manque de tests,elle a assuré que la Tunisie dispose de stocks suffisants de tests malgré la rareté de ces produits dans le monde.

« Le ministère a adopté une politique de rationalisation en ne conduisant des analyses qu’aux personnes présentant des symptômes ou ayant eu des contacts avec des patients sans respecter les mesures préventives », ajoute-elle.

Commentaires:

Commentez...