Tunisie : Vers une nouvelle crise des médicaments ?

La situation financière de la Pharmacie Centrale menace de nouveau son activité. Le manque de liquidités pourrait en effet déclencher une nouvelle crise des médicaments ce qui mettrait la santé des Tunisiens en péril.

Intervenant sur les ondes de Mosaïque FM, le vice-président du Syndicat des propriétaires de pharmacies privées Naoufel Amira a tiré la sonnette d’alarme en mettant en garde contre une nouvelle pénurie des médicaments en Tunisie.

« Cette crise sera plus sévère que celles observées en 2017 et 2018 », a-t-il averti appelant les autorités à sauver la Pharmacie Centrale.

Il a également expliqué que la conjoncture internationale liée au coronavirus a fait que les fournisseurs de médicaments réclament leurs dus auprès des clients et n’offrent plus des possibilités de rééchelonnement des dettes.

En mai dernier, la sonnette d’alarme avait été tirée par la société civile qui a appelé à une action immédiate pour garantir aux patients l’accès aux médicaments.

En effet, un manque de médicaments dans les centres de santé de base et les hôpitaux avait été enregistré touchant notamment les médicaments les plus fréquemment utilisés, comme les médicaments de diverses maladies chroniques, les médicaments du système digestif, les médicaments de la douleur, de la fièvre et d’autres maladies.

Pourtant, en mars dernier, le ministre de la Santé Abdelatif Mekki avait annoncé que le gouvernement a décidé d’allouer 300 millions de dinars au renforcement des réserves stratégiques de médicaments. En effet, il a affirmé que ces fonds seront destinés à renforcer les stocks stratégiques en médicaments, notamment les médicaments vitaux, pour « couvrir les besoins du pays et assurer l’équilibre du marché ».

Commentaires: