Le Canard enchaîné titre : Les Tunisiennes ne m(h)éritent pas ça !

Dans un article publié sous forme d’un message implicite au président de la République Kais Saied, le célèbre journal satirique français le Canard Enchaîné a ,dans son dernier numéro, rouvert le débat autour de l’égalité successorale en Tunisie.

Titrant son article « Les Tunisiennes ne m(h)éritent pas ça !  » un jeu de mot pour critiquer implicitement la position de Kais Saied s’opposant à l’égalité dans l’héritage, le journal affirme que pour les laïques tunisiens et les féministes, comme l’Association des femmes démocrates, cette décision représente la douche glacée.

« L ’ÉTAT n’a pas de religion ! » Cette phrase choc a été prononcée par Kaïs Saïed, le président de la République tunisienne, le 19 août, à l’occasion de la Fête nationale de la femme. Et le chef de l’Etat en a immédiatement profité pour s’opposer à l’égalité successorale hommes-femmes, expliquant que cette demande, relayée par une grande partie de la population, était en contradiction avec… le Coran », a-t-on écrit.

Lors d’une cérémonie tenue le 13 août à l’occasion de la journée nationale des femmes, le président de la République Kais Saied s’est montré clairement contre le principe de l’égalité successorale, car pour lui « le texte coranique est clair et ne permet aucune interprétation ».

« Le conflit sur l’égalité successorale n’est pas innocent, l’égalité des droits économiques et sociaux entre la femme et l’homme est beaucoup plus importante », a-t-il dit.

Il a dans ce sens expliqué, que le principe d’héritage dans l’islam n’est pas fondé sur l’égalité formelle mais plutôt sur la justice et l’équité.

Commentaires: