Centrale solaire de Tataouine : Le ministre crie au sabotage, les syndicalistes répondent !


Une grande polémique s’est déclenchée entre le ministre de l’Energie, des mines et de la transition énergétique, Mongi Marzouk et la Fédération générale de l’électricité et du gaz concernant le projet de raccordement de la centrale solaire de Tataouine.

Alors que le ministre crie au sabotage opéré par les syndicalistes, la fédération tient à défendre les intérêts de la STEG.

En effet, hier lundi 27 juillet, le ministre de l’Energie, des mines et de la transition énergétique, Mongi Marzouk a exprimé, son étonnement face au « sabotage » par la Fédération générale de l’électricité et du gaz relevant de l’UGTT, du projet de raccordement de la centrale solaire de Tataouine réalisée par l’ l’Entreprise tunisienne d’activités pétrolières (Etap) et la compagnie pétrolière italienne Eni et qui représente 1% de la production de la STEG.

Dans un post sur sa page Facebook, le ministre a écrit « la Fédération générale de l’électricité et du gaz relevant de l’UGTT essaye d’entraver l’un des premiers projets d’énergie renouvelable, dont la capacité de production est de 10 mégawatts (117 millimes / kWh), au lieu de soutenir les énergies propres et d’encourager la marche vers la sécurité énergétique ».

Il a qualifié l’attitude de la fédération de « sabotage » qui reflète, selon ses dires « une fausse compréhension des intérêts du secteur de l’électricité et une mauvaise appréciation du rôle des énergies renouvelables dans le développement de ce secteur et de la filière énergétique d’une manière générale ».

En guise de réponse, Slim Bouzidi, secrétaire général de la Fédération qui s’exprimait sur les ondes de Mosaïque fm, a estimé que la méthode adoptée par le ministère pour mettre en œuvre ce projet « serait fatale pour la STEG ».

Détaillant la position de sa fédération, il a affirmé que ce refus ne résulte pas de l’idée d’utiliser l’énergie solaire en elle même, mais plutôt de leur préoccupation à sauvegarder les intérêts de la STEG.

En fait, pour les parties syndicales, la production d’électricité par des privés et sa vente directe aux clients, va perturber le réseau électrique et impacter la distribution de l’électricité.

Mais selon les explications du ministre, « la STEG sera le seul acheteur de la production de cette centrale réalisée sous le régime des autorisations prévu dans le cadre de la Loi de 2015 et que la problématique du coût de transport n’a pas lieu d’être ».

Cette centrale solaire à Tataouine, sera aménagée sur 20 hectares et aura une capacité de production de dix mégawatts, pour un coût estimé à 25 millions de dinars. Le projet est réalisé par l’Entreprise d’hydrocarbures italienne (ENI) en partenariat avec l’Entreprise tunisienne des activités pétrolières (ETAP).

Commentaires:

Commentez...