Le SNJT appelle à la libération immédiate de Taoufik Ben Brik

Le Syndicat National des Journalistes Tunisiens a dénoncé ce vendredi 24 juillet 2020 le jugement par la chambre correctionnelle près du tribunal de première instance de Ben Arous contre l’écrivain et journaliste Taoufik Ben Brik.

La chambre correctionnelle a condamné Ben Brik à un an de prison ferme avec exécution immédiate. La chambre avait rendu le même jugement par contumace contre lui pour « diffamation envers les magistrats », a fait savoir aux médias l’avocat du prévenu, Nabil Akrimi.

Dans une déclaration rendue publique vendredi, le Snjt estime que le jugement rendu contre Ben Brik est une dérive dangereuse dans le traitement judiciaire d’un dossier qui s’inscrit dans le cadre de la liberté d’expression.  » C’est un jugement sévère qui s’inscrit dans la spirale des accusations adressées à une justice aux ordres des barons de l’argent et de la politique, qui est susceptible d’ébranler la confiance de l’opinion publique en le pouvoir judiciaire, lequel devrait être le garant des droits et libertés et protecteur du processus de la transition démocratique en Tunisie « , indique le syndicat, cité pat la TAP.

La chambre correctionnelle au tribunal de première instance de Ben Arous a condamné l’écrivain et journaliste Taoufik Ben Brik à un an de prison ferme avec effet immédiat.

L’affaire remonte à octobre 2019, lorsque la Haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle (HAICA) avait alerté le procureur de la République sur des « infractions graves », commises par la chaîne Nessma TV portant notamment sur la diffusion de discours incitant à la haine et à la violence.

Il est question des propos de Taoufik Ben Brik qui a appelé au port des armes pour libérer le candidat Nabil Karoui de prison. Le ministère public auprès du Tribunal de première instance de Ben Arous a ainsi décidé d’ouvrir une enquête sur les déclarations de Taoufik Ben Brik concernant le candidat à la Présidentielle Nabil Karoui.

Commentaires:

Commentez...