Fatma Oussaifi : Celle par qui arrive le tango

Depuis 2003, Fatma Oussaifi ne vit que tango! Après un mémoire réalisé dans une université parisienne, elle plonge dans l’univers de cette danse mythique qui fleure bon les estaminets de Buenos-Aires.

Ce mémoire qui fut comme la confirmation d’un déclic antérieur, s’intitule « Le tango et la politique: propagande, censure et récupération ». Il mènera Fatma Oussaifi tout droit vers la création de Résidence Tango.

Cette école de danse doublée d’une plateforme de diffusion est le pôle par excellence de la pratique du tango en Tunisie. Créée en 2013, Résidence Tango poursuit son travail aujourd’hui et a par exemple été la matrice au sein de laquelle Ousaifi a monté son spectacle « Tango et pas perdus ». C’était en 2014 et depuis les recherches et projets continuent.

Dernière en date des apparitions de Fatma Oussaifi, sa participation dans les films que consacre Slim Gomri au monde du tango, est simplement éblouissante. Maintien sobre, lyrisme et cadence donnent à la prestation de Fatma Oussaifi une dimension raffinée.

Avec ces films courts, la danseuse prouve, avec ses pas retenus ou effrénés, ses gestes amples et la profondeur de sa concentration, qu’elle est la médiatrice idéale d’un art qui demeure peu connu.

C’est bien par Fatma Oussaifi que le tango arrive !

Commentaires: