Tunisie : Les banques doivent-elle franchir le pas de la digitalisation ?

La pandémie Covid-19 a ébranlé l’économie tunisienne. Déjà fragile, celle-ci a été lourdement impactée par une crise qui est apparue sans crier gare, mettant en difficulté de nombreux secteurs, l’industrie, l’agriculture, le tourisme, le commerce, etc… Et si le secteur bancaire a, lui aussi, été touché, il n’en demeure pas moins que c’est grâce à lui, que l’économie est encore debout.

Si cette crise sanitaire a mis à nu les tares de notre économie, elle a surtout poussé les banques à revoir leur mode de fonctionnement et recomposer avec des changements qui ont touché le monde du travail dans sa totalité.

En d’autres termes, les banques vont devoir passer d’un mode basé sur des défis connus à un mode où ces défis vont comporter plus de risques. D’où la nécessité d’affiner et de recomposer les modèles et plans stratégiques qui s’étendent généralement sur une période de 3 ans.

D’où la nécessité d’accélérer le processus de transformation digitale pour des banques qui auront désormais besoin d’évoluer au sein d’un champ d’action dénué de risques et avec une orientation bien concrète et bien déterminée.

Ces banques sur lesquelles repose toute une économie sauront-elles rectifier le coche tout en préservant leur image alors que le véritable de la crise sanitaire n’a pas encore frappé ? Sauront-elles gérer les clients balayés par la crise ou les entreprises sinistrées ? Auront-elles la capacité de pouvoir remettre à flot les sinistrés de cette crise ?

Les réponses à toutes ces questions reposent essentiellement sur la capacité de nos banques et institutions financières à se repositionner afin d’obéir aux défis imposés par les enjeux. En d’autres termes, elles sont acculées à lancer de nouvelles stratégies pour pouvoir faire face au déficit des indicateurs.

Le coronavirus a impacté plusieurs secteurs et entreprises qui ont ou vont faire faillite. Cela va indirectement impacter les débouchés des banques ; cela va freiner leur croissance. C’est pour toutes ces raisons que les banques auront besoin de se rabattre sur des modèles plus viables, plus digitaux.

Le digital pourrait être la solution pour ces banques destinées à toujours annihiler les risques. Cette crise sanitaire pourrait accélérer leur transformation digitale tout en gardant leur rôle traditionnel. A travers cette transformation digitale et leur capacité à se réinventer, les banques se prémuniraient contre d’éventuelles crises identiques à celle-ci.

En adoptant un comportement plus digital et plus ouvert, les banques feraient en sorte d’être immunisées face à de telles crises car disposant de plans stratégiques de circonstance (un genre de plan B voire C), car mieux armées à contrer les menaces et plus aptes à les transformer en opportunités.

De la pérennité des banques dépend celle de toute une société, des ménages aux entreprises en passant par l’Etat.

Commentaires: