Tunisie : Et si on interdisait toute affiche au Parlement !

La deuxième législature a mal démarré. Conflits, altercations, règlements de comptes politiques et même violence à l’hémicycle, on aura tout vu. Tout renvoie en effet à une situation conflictuelle où les intérêts les plus restreints priment sur les priorités législatives qui devaient être au service du peuple.

La plénière tenue hier pour adopter le projet de loi sur l’économie sociale et solidaire, ne faisait pas l’exception, pire encore, elle a marqué un nouvel épisode de la tension chronique qui s’est emparée du parlement.

En effet, avant l’adoption de ce projet de loi, la plénière a été largement perturbée par un nouveau conflit sur fond d’une affiche montrant la photo de l’ancien président égyptien décédé Mohamed Morsi au premier anniversaire de sa mort.

Un certain nombre de députés de la coalition Al-Karama ont soulevé des photos de ce qu’il appellent le leader politique égyptien ce qui a suscité une vive tension sous le dôme de l’ARP, et la colère des députés du bloc du Parti destourien libre (PDL), et de plusieurs autres députés comme ceux du bloc de la Réforme nationale, qui ont exprimé leur refus de brandir cette image au Parlement, et ont même menacé de boycotter la plénière.

Ces affiches perçues par certains députés comme des gestes de provocation ne font qu’envenimer davantage la situation dans un parlement déjà voué à la tension et au conflit.

Le travail parlementaire est-il fait pour exprimer ses propres positions politiques et idéologiques ? Ne serait-il pas plus judicieux d’interdire toute affiche et tout geste à dimension idéologique sous le dôme de l’APR pour obliger nos élus à se pencher sur les affaires de leurs électeurs ?

C’est en tout cas la proposition faite par le président du bloc d’Ennahdha Noureddine Bhiri, qui a appelé à interdire toutes les affiches et photos à l’Arp de nature à perturber le travail parlementaire.

Utile de rappeler que c’est la présidente du bloc du pdl, Abir Moussi qui avait, en premier, introduit des affiches et des photos de l’ancien président de la République Habib Bourguiba, en réponse, les blocs d’Ennahdha et de la coalition al-Karama avaient affiché les photos de l’un des chefs de file du mouvement national tunisien, Salah Ben Youssef.

Commentaires: