Tunisie : Entre Ennahdha et Echaâb la guerre est annoncée !

L’actuel paysage politique renvoie à contexte de conflit, de divergences et même d’une guerre annoncée entre Ennahdha et Echaab, qui font pourtant partie de la coalition gouvernementale. Après une trêve politique imposée par la crise du coronavirus, un grand conflit éclate au cœur de la scène politique mettant en péril la stabilité gouvernementale.

Dernièrement, le mouvement Ennahdha a refusé de signer le « document de la stabilité et de la solidarité », un document présenté comme étant un pas important pour moraliser la vie politique, bannir les tiraillements et les querelles et garantir plus d’harmonie entre les membres de la coalition. Mais pour Ennahdha, le conflit est bien plus profond, et ne pourrait pas être résolu par une simple signature de ce document.

Selon les indiscrétions de ses leaders, le parti réclame la tête du mouvement Echaab et l’implication de Qalb Tounes dans le gouvernement, pour assurer cette stabilité.

Or pour le député du mouvement Echaab, Khaled Krichi la demande de retrait de son parti et de Tahya Tounès du gouvernement, réclamée par Ennahdha est une réaction à l’attachement d’Echaab au « gouvernement du président » et son rejet du gouvernement de Habib Jemli (proposé par Ennahdha).

Ennahdha n’a toujours pas pu « pardonner » à Echaab de lui avoir ôté le monopole du pouvoir, a-t-il poursuivi. Joint par l’agence TAP, Krichi a affirmé que son parti n’a pas quitté le gouvernement qui, a-t-i estimé  » est sur la bonne voie ». Selon lui, ce gouvernement, qui est celui du président, et non d’Ennahdha qui doit travailler avec les partis plutôt que de les utiliser.

A noter que le dirigeant d’Echaab Salem Labyadh avait écrit dans une publication dimanche, sur sa page facebook, que le gouvernement Fakhfakh ne tombera pas si elle perd le soutien d’Ennahdha.

Commentaires: