Tunisie : 4 personnes en garde à vue dans l’affaire des Tunisiens propriétaires à Alicante

Alicante

Il y a une quinzaine de jours, le Parquet du Pôle judiciaire et financier avait autorisé l’ouverture d’une enquête sur l’acquisition de biens immobiliers de la part de Tunisiens en Espagne sans passer par la Banque Centrale de Tunisie.

Cette affaire concerne 35 personnes mises sur la liste des suspects du procureur de la République auprès du pôle judiciaire économique et financier. Ce dernier a décidé de placer en garde à vue quatre personnes parmi les 35 suspects, a indiqué, ce vendredi 5 juin 2020 à l’agence TAP, le chef de communication et substitut du procureur de la République au Tribunal de première instance, Mohsen Dali.

« Ces quatre personnes en détention préventive font partie de 35 personnes soupçonnées de délits financiers, car ils n’ont pas traité avec la BCT lors de l’achat de biens immobiliers en Espagne (…) et la société qui a joué le rôle d’intermédiaire dans l’acquisition des biens est soupçonnée de blanchissement d’argent », a-t-il expliqué.

« Le dossier sera présenté au procureur général pour prendre les mesures nécessaires », a encore indiqué Dali, ajoutant que le montant sujet des soupçons de corruption est estimé, à ce stade des enquêtes, à 25 millions de dinars.

L’enquête concernant ces biens immobiliers avait a été ordonnée afin de vérifier les informations circulant, et selon lesquelles, des Tunisiens auraient acquis des biens immobiliers de haut standing dans la « Cité des Riches », quartier très huppé d’Alicante, au sud-est de l’Espagne et ville très prisée par les grosses fortunes.

Cette décision d’ouvrir une enquête fait suite au dépôt de plainte, en janvier dernier, d’un lanceur d’alerte contre la corruption aorès ses interrogations concernant l’origine des montants en devises qui auraient permis l’achat de ces biens sans que rien n’ait été déclaré auprès de la BCT.

Une enquête préliminaire avait commencé, lors du dépôt de plainte, pour vérifier la liste des noms obtenue par le Parquet et ce, en collaboration avec les autorités espagnoles.

Commentaires:

Commentez...