Faute de moyens financiers, la Tunisie n’a pas bénéficié de la baisse des prix du pétrole

Contrairement à ce que certains pensent, la Tunisie n’a bénéficié en rien de la baisse des prix du pétrole à l’issue de la crise mondiale du coronavirus. Mais s’agit-il d’une incapacité à stocker les quantités acquises ou est-il question de l’absence des moyens financiers ?  En tout cas, du coté  du département de l’Energie, on présente deux versions différentes.

La Tunisie n’a pas utilisé les contrats d’achat à terme, a laissé entendre ce jeudi 4 juin, le conseiller auprès du ministre de l’Energie, des mines et de la transition énergétique, Hamed Matri. « Une telle mesure n’a pas été adoptée, faute de moyens financiers, d’autant plus que le coût de stockage est élevé et que les finances publiques sont dans une situation difficile, ne permettant pas de conclure des contrats d’achat à terme », a-t-il expliqué.

Dans une déclaration à l’agence TAP, le responsable a ajouté que plusieurs opérations de spéculation ont eu lieu suite à la hausse de l’offre de pétrole, face à une baisse de la demande et la Tunisie ne peut pas prendre le risque dans une telle situation.

Quelques semaines plus tôt, Hazem Yahyaoui, directeur général des hydrocarbures au ministère de l’Énergie, avait annoncé que le problème réside dans l’incapaicté de stocker le pétrole en Tunisie. Il a dans ce sens annoncé un nouveau projet de stockage d’hydrocarbures. La capacité de stockage stratégique actuelle est estimée à environ 60 jours de consommation, avait indiqué Yahyaoui  qui notait note que la Tunisie n’est actuellement pas en mesure de tirer pleinement parti de la baisse des prix du pétrole sur les marchés mondiaux.

Le prix de baril de pétrole a commencé sa tendance baissière à partir de mois de février 2020 pour atteindre 55,4 dollars après avoir été enregistré au niveau de 63,5 dollars en janvier 2020. Il est passé de 31,8 dollars en mars à 18,5 dollars en avril 2020. Au cours du mois de mai, le cours du baril a atteint 29 dollars, suivant une tendance haussière, et atteignant le niveau de 36,9 au mois de juin 2020.

Le prix de baril de pétrole a atteint , au cours de trois derniers jours, les niveaux de 35,5 dollars le baril, de 37,5 dollars et de 37,6 dollars, enregistrant une hausse progressive après une destruction du prix causée par la crise sanitaire mondiale du virus du covid-19.

Pourtant, au début de la crise, le ministre des Finances, Nizar Yaïche, avait laissé entendre que la Tunisie étudie la couverture des achats de carburant après la forte baisse des prix du pétrole suite à la crise des coronavirus, afin de réduire son déficit énergétique.

Commentaires: