Gafsa : La production de phosphate de nouveau à l’arrêt

Le phosphate ne redécolle toujours pas ! Au confinement et à la crise sanitaire liée à la propagation du coronavirus succèdent les sit-in et protestations. Un air de déjà vu dans le gouvernorat de Gafsa.

La paralysie est totale dans le bassin minier et notamment à Métlaoui et Mdhilla où toutes les activités du secteur des phosphates sont suspendues depuis hier, mardi 26 mai 2020, à cause des sit-in observés par un groupe de jeunes réclamant un emploi, a précisé, ce mercredi 27 mai à l’agence TAP, une source de la Compagnie des phosphates de Gafsa (CPG).

Les protestataires dont des diplômés, réclament l’application des engagements du gouvernement vis-à-vis des demandeurs d’emploi dans la région de Gafsa et qui datent de 2018 concernant l’organisation d’un concours pour l’admission de 2000 bénéficiaires en prévision de leur recrutement à la CPG.

Ils réclament également l’organisation d’un autre concours pour recruter environ 570 agents d’exécution pour travailler dans les différents districts de la société et la proclamation des résultats des concours de recrutement au sein des sociétés de l’environnement.

Baisse de la production de 17%

Frappée de plein fouet par la crise sanitaire liée à la propagation du coronavirus, l’activité du bassin minier dans le sud tunisien a déjà été considérablement impactée et les conséquences commencent à se faire sentir. Selon des données publiées le 7 mai dernier par le ministère de l’Energie, la production globale du phosphate a baissé de 17% depuis le début de l’année.

Depuis le début de l’année 1.620.211 tonnes de phosphates ont été produites dans les différents sites exploités par la CPG contre des prévision de 1.945.985 tonnes.

L’extraction des phosphates a été considérablement affectée par cette crise. Toujours selon les données publiées par le ministère précité, depuis le début de l’année, l’extraction des phosphates a baissé de 48% pour atteindre seulement 2.479.855 tonnes contre 4.768.951 tonnes durant la même période de l’année dernière.

Alors que la Tunisie a entamé une phase de déconfinement ciblé, la CPG a décidé d’augmenter son effectif à 50% de sa capacité pour reprendre petit à petit sa production dans ses différents sites, contre 30% durant le confinement.

Evaluation gouvernementale

Le dossier du bassin minier et de la production des phosphates qui connait des problèmes structurels, a été rouvert récemment par le chef du gouvernement, Elyes Fakhfakh. Il a présidé un conseil ministériel restreint consacré au suivi des préoccupations du bassin minier et des solutions urgentes permettant la reprise de la production dans ses différents sites.

En tout cas, ce conseil ministériel a décidé la formation d’une équipe de travail spécialisée pour mettre en place une vision stratégique pour un traitement global et durable des préoccupations profondes du bassin minier prenant en considération les aspects économiques, sociaux, environnementaux de la région.

Alors que l’objectif pour l’année 2019 avait été fixé à 6 millions de tonnes, la production de phosphates a finalement atteint 4,12 millions de tonnes en 2019, un chiffre qui reste en-deçà des objectifs mais marque une production à son plus haut niveau depuis 2010.

En effet, c’est la première fois depuis la révolution, que la production dépasse les quatre millions de tonnes contre seulement 2,8 millions en 2018 et 3,9 millions en 2017.

Commentaires: