La Tunisie retirée de la liste noire de l’UE : Un signal positif envoyé aux investisseurs et aux bailleurs de fonds

Annoncée le 7 mai dernier par la la Commission Européenne, la décision de retirer la Tunisie de la liste noire des pays exposés au blanchiment d’argent et au financement du terroriste, sera effective à partir du 21 mai 2020 lorsqu’elle elle sera publiée dans le Journal de l’Union Européenne.

C’est ce qu’a indiqué, ce lundi 11 mai, la Commission Tunisienne des Analyses Financières (CRAF), relevant de la Banque Centrale de Tunisie (BCT), ajoutant que cette annonce a été un véritablement soulagement.

La Commission européenne a publié, ce 7 mai 2020, une nouvelle liste des pays tiers identifiés à haut risque dont le dispositif de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme présente des carences stratégiques. Comme elle a retiré de « sa liste noire » six pays dont la Tunisie.

Cette mise à jour a été effectuée en tenant compte des évolutions survenues au niveau international depuis 2018, explique la Commission européenne notant que cette nouvelle liste concorde à présent davantage avec les listes publiées par le Groupe d’action financière (GAFI).

A ce titre, rappelons que la Tunisie a déjà été retirée de la liste noire du Groupe d’Action Financière (GAFI) depuis le 18 octobre 2019.

Une délégation du groupe d’action financière (GAFI), institution internationale en charge de l’examen et l’élaboration des mesures de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme était en visite en Tunisie septembre 2019 pour statuer sur la question du retrait de la Tunisie de la liste des pays soumis à la surveillance du GAFI.

A l’issue de cette visite, la Tunisie aspirait à sortir définitivement de la liste du GAFI après avoir achevé son plan d’action visant à lutter contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

Après avoir inscrit la Tunisie sur sa liste noire, le GAFI avait été talonné par le Parlement européen qui avait ajouté, la Tunisie à la liste des pays tiers exposés aux risques de financement du terrorisme et de blanchiment d’argent, le 7 février 2018, estimant que les dispositifs de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme en Tunisie présentent des défaillances stratégiques.

Il s’agit particulièrement du manque de transparence dans une économie tunisienne où l’informel représente plus de 50%.

Depuis, la Tunisie œuvrait à parachever l’élaboration d’un plan d’action avec le Groupe d’action financière (GAFI) ou FATF (Financial Action Task Force), en vue de poursuivre les réformes financières et se voir retirer de cette liste noire.

Commentaires: