Tunisie – Déconfinement partiel : Qu’en est-il de la production des phosphates ?

Extraction de phosphates

En ces temps de crise sanitaire et de confinement, la quasi totalité de l’économie tunisienne est à l’arrêt. Le secteur de la production des phosphates n’est pas épargné, son activité a été considérablement impactée depuis deux mois.

Aujourd’hui, alors que la Tunisie entame une phase de déconfinement ciblé, la Compagnie des Phosphates de Gafsa augmentera son effectif à 50% de sa capacité pour reprendre petit à petit sa production dans ses différents sites.

En effet, la CPG poursuivra, à partir de lundi 4 mai 2020, ses activités dans ses différents sites, avec 50% de son effectif au lieu de 30%, durant le confinement total, et ceci, en application des mesures de déconfinement partiel décidées par le gouvernement à partir de cette date, en prévention contre la propagation du Covid-19, selon une source citée par l’agence TAP.

La CPG a baissé, en effet, son effectif à 30%  dans les différentes unités d’extraction et de production de phosphate, ainsi que dans les ateliers de maintenance et d’équipement.

Ces mesures prises dans le cadre du confinement total dans le pays ont retardé les programmes de maintenance annuelle des laveries devant être effectuée par la compagnie, durant les mois de mars, avril et mai.

La production de phosphate commercial de la CPG a atteint 1 million 550 mille tonnes, pendant la période de janvier-avril 2020, une production en deçà de l’objectif fixé qui est de 1,8 million de tonnes.

Le dossier du bassin minier et de la production des phosphates qui, d’ores et déjà, connait des problèmes structurels, a été rouvert récemment par le chef du gouvernement, Elyes Fakhfakh qui a présidé un conseil ministériel restreint consacré au suivi des préoccupations du bassin minier et des solutions urgentes permettant la reprise de la production dans ses différents sites.

En tout cas, ce conseil ministériel avait décidé la formation d’une équipe de travail spécialisée pour mettre en place une vision stratégique pour un traitement global et durable des préoccupations profondes du bassin minier prenant en considération les aspects économiques, sociaux, environnementaux de la région.

Alors que l’objectif pour l’année 2019 avait été fixé à 6 millions de tonnes, la production de phosphates a finalement atteint 4,12 millions de tonnes en 2019, un chiffre qui reste en-deçà des objectifs mais marque une production à son plus haut niveau depuis 2010.

En effet, c’est la première fois depuis la révolution, que la production dépasse les quatre millions de tonnes contre seulement 2,8 millions en 2018 et 3,9 millions en 2017.

Commentaires: