Khalifa Haftar s’autoproclame seul chef en Libye

Le maréchal libyen Khalifa Haftar, a annoncé dans la soirée de lundi 27 avril 2020 son retrait de l’accord politique qui a conduit à la formation du gouvernement libyen, proclamant que le pouvoir passait à l’armée.

Dans son message télévisé, diffusé par le bureau des médias des forces armées libyennes, Khalifa Haftar, a indiqué avoir obtenu le « mandat du peuple » pour gouverner la Libye et a promis de poursuivre son offensive contre Tripoli.

Appuyé par un parlement installé dans l’est de la Libye, le maréchal Haftar s’oppose au gouvernement d’union nationale basé à Tripoli et reconnu par l’ONU depuis plusieurs années.

Dans un discours sur la chaîne de télévision Libya al-Hadath, le maréchal a également annoncé « la fin de l’accord de Skhirat » signé fin 2015 au Maroc sous l’égide de l’ONU, dont est issu le Gouvernement d’Union Nationale (GNA).

De son côté, le GNA, basé à Tripoli a dénoncé, en réaction à ce discours, un énième « coup d’Etat » de son rival tenant sa légitimité de ce Parlement qui avait été contraint de s’exiler dans l’est du pays en raison d’une flambée de violences dans la capitale.

Le GNA a dénoncé une « farce et un nouveau coup d’Etat qui s’ajoute à une série d’autres ayant commencé il y a des années ». Il a estimé que M. Haftar « s’est même retourné contre les instances politiques parallèles qui le soutenaient et qu’ils l’ont désigné » chef de l’armée.

Selon le GNA, le maréchal Haftar qui tente depuis avril 2019 de s’emparer de la capitale Tripoli, voulait « dissimuler la défaite de ses milices et ses mercenaires » et « l’échec de son projet dictatorial ».

De leur côté, les Etats-Unis ont vu dans l’annonce de Haftar une « suggestion (…) selon laquelle des changements à la structure politique de la Libye peuvent être imposés par une déclaration unilatérale », a indiqué l’ambassade américaine sur son compte Twitter.

Commentaires: