Savon, narguilé, gobelets : Les municipalités multiplient les mesures de prévention au coronavirus

L’une après l’autre, les municipalités prennent leurs précautions afin d’éviter la propagation du coronavirus.

La municipalité de Sidi Bou Saïd a été la première à annoncer des mesures d’hygiène dans le cadre des efforts de lutte contre le coronavirus. Les cafés et restaurants n’ont plus le droit d’utiliser des verres et des tasses de cafés. Ils feront désormais appel aux gobelets en plastique pour prévenir la propagation du virus.

Il a été décidé également d’obliger ces cafés et restaurants à fournir les gels désinfectants aux clients et au personnel.

Pour sa part, la municipalité de Tunis s’est engagée à mettre en place des distributeurs de désinfectants pour se laver les mains dans les stations de TGM, le marché central, le marché Lafayette et dans tous les circonscriptions municipales.

A Bizerte, la municipalité de Menzel Abderrahmen a également interdit aux cafés et restaurants l’utilisation des verres et des tasses de cafés, appelant à utiliser les gobelets en plastique.

Cette municipalité a également annoncé avoir interdit le narguilé, (la chicha) à tous ces commerces en prévention contre ce virus mortel. Quant aux boulangeries, elles ont été appelées à conserver le pain loin de la portée des clients pour éviter une propagation de ce virus.

De même, à Msaken, gouvernorat de Sousse, et dans le cadre de la protection des citoyens contre le coronavirus, il a décidé d’interdire de fumer le « narguilé » dans les cafés et d’empêcher l’exposition du pain et d’autres produits alimentaires tels que les gâteaux sans protection. Seul le vendeur est autorisé à toucher les produits en question, avec des gants propres.

La municipalité de Msaken a également décidé d’interdire les réunions publiques et les manifestations culturelles.

Elle a également appelé à la nécessité d’utiliser des gobelets à usage unique dans les cafés et restaurants, avec la nécessité d’utiliser du savon liquide dans les commerces ouverts au public.

Commentaires: