Carthage : Qui veut détruire l’Acropolium ?

Carthage : Qui veut détruire l’Acropolium ?

Par -

De manière feutrée, des mains pas si innocentes qu’on pourrait le croire sont en train de s’attaquer à l’Acropolium de Carthage.

Une tentative d’usurpation cousue de fil blanc

Les intentions semblent cousues de fil blanc et consistent en une tentative de s’approprier le travail d’un quart de siècle réalisé par le courageux Mustapha El Okby.

Il s’agit à notre sens d’une tentative d’usurpation en bonne et due forme qui plus est, avance masquée et cachée sous les oripeaux des règlements sur les concessions publiques.

Le premier PPP de notre histoire culturelle

En effet, il est de notoriété que Mustapha El Okby a totalement rénové l’ancienne basilique Saint-Louis sans aucun soutien de l’Etat. De plus, cet entrepreneur culturel a contribué à renforcer le paysage artistique avec de nombreuses manifestations dont l’Octobre musical de Carthage.

Par ailleurs, il est étrange qu’on cherche à évincer El Okby alors que son initiative devrait au contraire être honorée. Il est en effet à l’origine du premier partenariat public-privé (PPP) dans le domaine culturel.

Au lieu de cela, le ministère des Affaires culturelles s’acharne sur un homme qui a énormément fait pour la culture, et ce en tentant de ne pas renouveler sa concession tout en pratiquant une énigmatique fuite en avant.

La justice a été saisie par El Okby

L’affaire est actuellement en justice. Se considérant dans son bon droit, El Okby demande simplement que sa concession soit prolongée ou bien qu’un appel d’offres en toute transparence soit organisé afin qu’il puisse y participer.

Cette affaire est une première dans nos annales culturelles et nous y reviendrons plus longuement car, selon des sources concordantes, des repreneurs attendraient dans l’ombre pour s’emparer de l’Acropolium après que le ministère des affaires en aura délogé El Okby.

Des méthodes peu amènes et des soutiens qui s’organisent

Tristement pour notre vie culturelle, les méthodes employées semblent nauséabondes avec le recours à des huissiers de justice pour mettre la pression et le refus d’accepter les paiements du concessionnaire.

Mustapha El Okby compte bien se défendre et plaide qu’il est pleinement engagé pour que vive l’Acropolium. Les soutiens commencent à s’organiser à Carthage et ailleurs car le sentiment d’injustice est amplement ressenti dans cette affaire sur laquelle nous reviendrons avec tous les détails.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo