Said Jaziri « redevient » député : L’ISIE fera appel de la décision du TA

Said Jaziri

L’Instance Supérieure indépendante pour les Elections (ISIE) va interjeter appel de la décision, lundi 21 octobre, du tribunal administratif restituant un siège remporté par Said Jaziri, du Parti islamiste Arrahma sur la circonscription de Ben Arous, qui lui avait été retiré au profit du mouvement Echaab.

« L’Instance électorale ferait appel de la décision du tribunal administratif dans les délais légaux, 3 jours à compter de la date de la décision de première instance, de même que le Mouvement Echaab qui fera également appel de cette décision », a précisé à l’agence TAP, Anis Jarboui, membre de l’Isie.

Jarboui a rappelé à cet égard que, depuis 2011, l’ISIE avait constamment fait appel des décisions du tribunal administratif contre ses décisions, mais qu’elle se conformerait également en tant qu’instance constitutionnelle à la décision en appel et s’emploierait à recalculer, à répartir les sièges conformément au tribunal administratif et à restituer le siège au Parti Arrahma, représenté par Said Jaziri, tête de liste de la circonscription de Ben Arous.

Après avoir été invalidée pour publicité politique, la liste du président du parti Errahma, Said Jaziri à Ben Arous a de nouveau été validée.

D’après Imed Ghabri, juge et responsable de la communication auprès du Tribunal administratif a déclaré, sur les ondes de Mosaïque FM que la chambre d’appel du Tribunal administratif, avait décidé d’accepter le recours déposé par Said Jaziri contre la décision de l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE) d’annuler ladite liste.

Tête de liste sur la circonscription de Ben Arous, l’imam Said Jaziri ou Cheikh Saïd Jaziri, 52 ans, est connu pour être un imam malékite. Après s’être installé au Canada, où il prêchait dans des mosquées, il avait été expulsé en 2007 du territoire canadien pour irrégularité de sa situation.

En effet, connu pour ses propos controversés, l’imam Jaziri a passé 10 ans à Montréal comme réfugié politique, avant d’être renvoyé en Tunisie en 2007 parce qu’il avait, selon la Commission de l’immigration du Canada, menti sur ses antécédents criminels, ayant omis de déclarer qu’il avait été condamné en France pour des actes de violence.

Le parti Errahma a obtenu cinq sièges au sein du nouveau parlement sur les circonscriptions électorales de Ben Arous, Ariana, Tunis 1, Zaghouan et Manouba.

 

Commentaires:

Commentez...