Langues : Les Tunisiens ont-ils oublié leur lien avec la langue italienne...

Langues : Les Tunisiens ont-ils oublié leur lien avec la langue italienne ?

Par -
Rentrée des classes à l’école italienne. Années trente

La présence de la langue italienne dans le parler tunisien est très palpable. Plusieurs mots que nous employons proviennent de la langue de Dante et le lexique de plusieurs métiers s’inspire clairement de la langue italienne.

Dans le langage courant, nous avons aussi recours à des mots en italien qui sont entrés dans notre langue dialectale.

En ce sens, notre ami Daniel Passalaqua a souvent attiré l’attention du public sur plusieurs occurrences. Et aussi plusieurs emprunts de l’arabe à l’italien qui sont passés dans les deux langues et qu’il importe de mieux connaître.

L’étendue du lexique commun mériterait d’être mieux connue et chacun pourrait contribuer à cette entreprise en rappelant les termes de sa connaissance.

Par exemple les ‘trilia », « serra » ou « pescelemone » dont nous désignons certains poissons sont d’origine italienne.

Une famille italienne. Années cinquante

De même, des expressions courantes comme « Brima » ou « D’accourdou », utilisées en dialectal tunisien, sont des termes italiens.

Enfin, un exemple pourrait être évoqué avec en exemple une phrase entière qui est composée de mots italiens. Ainsi dire en arabe tunisien « J’ai mangé du rouget sous la véranda de la cuisine » revient à utiliser un verbe en langue arabe et trois noms en italien.

Ces remarques concernant la proximité entre ces deux langues (et la variante sicilienne) peuvent venir à l’esprit à l’occasion de la tenue prochaine à Tunis de la Semaine de la langue italienne qui se déroulera du 17 au 26 octobre.

Amis lecteurs, qui connaissez le tunisien, le sicilien et l’italien, quels mots vous viennent-ils à l’esprit?

Partageons nos connaissances en la matière et enrichissons notre savoir commun.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo