Conflit magistrats – avocats : Mohamed Ennaceur exprime son inquiétude

Conflit magistrats – avocats : Mohamed Ennaceur exprime son inquiétude

Par -

Une grève et un mouvement de protestation se sont déroulés parallèlement. Alors que les magistrats sont en grève depuis plus d’une semaine, les avocats ont décidé d’organiser, ce vendredi 27 septembre 2019, une journée de colère en réponse à cette grève.

Les magistrats sont en effet en grève depuis l’altercation entre le procureur général du tribunal de première instance de Tunis et le comité de défense des martyrs Belaïd-Brahmi.

Le collectif de défense des martyrs Belaid et Brahmi avait observé, le 19 septembre, un sit-in dans les locaux du Tribunal de première instance de Tunis.

Il demandait au ministère public d’examiner l’affaire dite de l’appareil secret ou de la classer et accusait le parquet d’avoir violé le devoir de neutralité dans cette affaire et de mettre en péril le principe d’indépendance de la justice.

Le sit-in a été alors marqué par des échauffourées suite à l’intervention des forces de sécurité pour évacuer les lieux.

Suite à cet incident, l’Association des magistrats tunisiens (AMT) a décrété une grève générale qui a été entamée le 20 septembre et pour une période de dix jours.

L’AMT a fermement dénoncé l’agression du procureur de la République près du Tribunal de première instance de Tunis par un groupe d’avocats. Selon l’AMT, le procureur a été, en effet, victime d’une agression verbale et morale, d’une atteinte à son intégrité physique, de la destruction de son bureau et de la dispersion de son contenu, ce qui l’a contraint à se réfugier au bureau du procureur adjoint de la République.

Le procureur général près le Tribunal de première instance de Tunis a ensuite décidé d’ouvrir une information judiciaire contre un groupe d’avocats du collectif de défense de Chokri Belaid et Mohamed Brahmi : Ridha Raddaoui, Imène Gzara, Koutheir Bouallègue, Abdenasser Laouini et Imène Béjaoui.

L’Ordre national des avocats a donc décidé de tenir une journée de colère nationale ce vendredi 27 septembre en plus de mouvements protestations au palais de justice de Tunis et dans tous les tribunaux de la République.

Le bâtonnier des avocats, Brahim Bouderbala, a exprimé, aujourd’hui, son mécontentement concernant la décision des magistrats d’entrer en grève, la qualifiant de non justifiée tout en se disant disposé à dialoguer avec toute partie pour mettre fin au bras-de-fer entre les avocats et les magistrats.

Le bâtonnier a toutefois noté que le différend entre les avocats et les magistrats aura des conséquences désastreuses.

De quoi faire réagir le président de la République par intérim Mohamed Ennaceur qui a reçu, aujourd’hui au palais de Carthage, le président du Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM) Youssef Bouzakher.

Une rencontre qui a porté sur la situation de la justice mais surtout sur les derniers événements et le conflit ouvert entre magistrats et avocats. Mohamed Ennaceur a d’ailleurs exprimé son inquiétude face aux derniers événements survenus au Tribunal de première instance de Tunis, appelant à laisser la justice à l’abri des tractations politiques et à la nécessité de respecter l’indépendance du pouvoir judiciaire.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo