Nostalgies tunisoises : Un café à la Rotonde

Au chapitre des cafés historiques de la capitale, ils sont quelques uns à rester dans toutes les mémoires.

Toujours présents mais ayant un style et des ambiances différents, quelques unes de ces enseignes sont inséparables de la petite histoire de Tunis.

En leur temps, ces cafés étaient en concurrence et brassaient une clientèle fidèle et nombreuses.

Ce fut le cas du Café de Paris, du Café du Théâtre ou du Café de Tunis, disséminés au coeur de la plus grande avenue de la capitale.

La Rotonde avait alors une place à part. Ce café chic qui se trouve encore dans la galerie du Colisée n’a plus son lustre d’antan.

Toutefois, s’y attabler aux premières heures du matin est un plaisir inégalable. On y entend le Colisée s’éveiller et toute une vie surgit comme par miracle.

Le souvenir de Latino, le coiffeur des élégants et celui du sieur Basti, tailleur si apprécié, remontent à la surface.

On croirait voir Bébé Slama se dirigeant vers Big Ben et Najet Azouz vers Domino. Et surtout, on pourrait toucher la foule joyeuse qui se presse à l’entrée du cinéma.

La Rotonde et son toit ouvrant étaient alors toujours bondés alors que le Kilt qui se trouve toujours à l’étage rassemblait les danseurs.

En ce temps, des concerts étaient organisés les dimanches et réunissaient un public conséquent.

De nos jours, avec ses lourds rideaux de velours rouge, la Rotonde garde encore quelques traces de ce passé pas si lointain, lorsque les spectateurs du Colisée venaient ici pour l’entracte.

Assurément, la Rotonde est l’une des adresses les plus réputées du Tunis des années cinquante.

Miraculeusement, malgré les rides et un changement de vocation, cette Rotonde garde de beaux restes et suscite en vous la montée de bien des souvenirs.

Sinon, il y a encore le Rossini qui témoigne de cette époque alors que le Marignan, le Prado, le Triomphe ou Chez Max ne sont plus que d’impalpables lieux de mémoire.

Commentaires: