Un budget sans endettement ? impossible, selon Ridha Chalghoum

Un budget sans endettement ? impossible, selon Ridha Chalghoum

Par -
Ridha Chalghoum

Lors d’une séance d’audition à l’ARP, le ministre des Finances Ridha Chalghoum a reconnu implicitement que les dettes servent en partie à réaliser des équilibres financiers pour pouvoir répondre à la masse salariale de la fonction publique.

En effet, le ministre, cité par plusieurs médias, a déclaré que ceux qui parlent d’un budget sans endettement ne peuvent ni payer les salaires ni faire des investissements. Il a d’autre part assuré que l’Etat, dans le cadre de la loi des finances de l’année 2020 visera à limiter le taux d’endettement.

Selon un analyste économique cité par l’agence TAP, la Tunisie a reçu, seulement pour une période d’un mois, 800 millions de dollars auprès de la Banque africaine d’import-export (Afreximbank), 151 millions de dollars auprès de la Banque Mondiale, et 150 millions d’euros auprès de l’Union Européenne, ce qui correspond à une enveloppe globale d’environ 3400 millions de dinars pour appuyer le budget de l’Etat et financer les banques publiques.

Cet analyste économique qui a voulu garder l’anonymat a souligné que  » les pays du monde se précipitent pour emprunter la Tunisie. Pour lui, deux raisons résident derrière ce fait. « La première raison est politique, au vu de contribuer au le succès de l’expérience du printemps arabe et à sa continuité. La seconde est économique, dans la mesure où les bailleurs de fonds veulent tirer profit du besoin de la Tunisie en financements, ce qui sera assez rentable pour eux », a-t-il expliqué.

« La Tunisie doit maîtriser sa masse salariale dans le secteur public afin d’éviter de graves problèmes d’endettement », a averti un haut responsable du Fonds monétaire international  en réponse à la signature de l’accord sur les augmentations salariales dans le secteur public, en novembre 2018.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo