Tunisie : Pour Bergamini, des groupes familiaux entravent la transition économique

Tunisie : Pour Bergamini, des groupes familiaux entravent la transition économique

Par -
Patrice Bergamini

Intitulée « Face aux turbulences régionales, l’Europe ne veut pas perdre le soldat Tunisie », Patrice Bergamini, ambassadeur de l’Union Européenne en Tunisie, a accordé une interview au journal Le Monde, dans laquelle il aborde plusieurs points.

L’ambassadeur s’est explicitement montré inquiet concernant l’évolution de l’économie tunisienne, en dépit de la fragmentation de la scène politique.  » Je suis plus inquiet du refus du système d’évoluer économiquement. Quel que soit le résultat des élections, il va falloir qu’en 2020 quelqu’un soit vraiment en charge à la Kasbah, fixe des priorités stratégiques et économiques claires, et dispose pour les mettre en œuvre d’une majorité stable et solide » a-t-il expliqué.

 » Le pari de l’Union européenne, surtout en cette année électorale, c’est de veiller à ce que la Tunisie soit la mieux équipée possible – socialement, politiquement, économiquement – en cas de dégradation accrue de la situation régionale, qu’il s’agisse de son environnement immédiat ou un peu plus lointain », a-t-il encore soutenu.

Exposant les difficultés auxquelles fait face l’économie tunisienne, il a estimé que « quand on parle de libre concurrence, loyale et transparente, c’est d’abord entre opérateurs tunisiens ». « Si l’on doit aider la transition économique, la forcer, la pousser, c’est parce qu’il y a des positions d’entente, de monopoles. Certains groupes familiaux n’ont pas intérêt à ce que de jeunes opérateurs tunisiens s’expriment et percent », a-t-il encore expliqué, soulignant le poids des certaines familles tunisiennes qui, selon ses dires, pourraient entraver le décollage économique.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo