Cannes 2019 – Adam de Maryam Touzani, l’histoire d’une belle rencontre…

Cannes 2019 – Adam de Maryam Touzani, l’histoire d’une belle rencontre…

Par -
Affiche du film Adam de Maryam Touzani
Affiche du film Adam de Maryam Touzani

« Maman, maintenant que je suis devenue mère, j’ai compris beaucoup de choses… ».

C’est par cette phrase que la réalisatrice marocaine Maryam Touzani a conclu la présentation de son film Adam, juste avant sa projection en première mondiale dans la section Un Certain Regard du Festival de Cannes 2019.

Myriam était très émue, bien plus qu’elle ne se l’imaginait a-t-elle dit. Émue de se retrouver là, et que son film ait été sélectionné au Festival de Cannes, mais également émue de pouvoir enfin raconter cette histoire qu’elle a porté en elle pendant de très longues années, et d’avoir pu trouver le moyen de traduire en images ce qu’elle ressentait au fond d’elle-même, surtout depuis sa propre grossesse.

Maryam Touzani présente son film Adam
Maryam Touzani présente son film Adam

Adam est né d’une rencontre douloureuse qui a laissé en Maryam des traces indélébiles. En effet, alors qu’elle était jeune, ses parents avaient accueilli une jeune femme enceinte, abandonnée par un homme qui lui avait promis le mariage. Elle fuyait son village et sa famille le temps de sa grossesse. Cette jeune femme, qui était resté chez eux jusqu’à son accouchement et qui voulait donner son bébé à naître en adoption, a inspiré le personnage de Samia du film.

Le film va raconter la rencontre de Samia (Nisrin Erradi), célibataire et enceinte, avec Abla (Lubna Azabal), une jeune veuve n’ayant pas su faire son deuil.

Les deux femmes sont très différentes l’une de l’autre, mais sont toutes les deux prisonnières de leurs histoires. Samia est prisonnière de sa grossesse, de cet être qui se forme en elle, qu’elle ressent, qui bouge en elle, mais qu’elle refuse. Elle le refuse parce qu’elle veut vivre, parce qu’elle veut retourner chez ses parents, parce qu’elle veut mener une vie normale, qu’elle veut se marier, fonder une famille. Mais comment le pourrait-elle avec cet enfant sans père ?

Abla quant à elle est prisonnière de son deuil. Deuil qu’elle ne veut pas faire. Depuis la mort brutale de son mari, se refermant sur elle-même, elle a oublié de vivre, se limitant à accomplir son devoir envers sa fille de 8 ans, mais se refusant tout plaisir et ayant peur des autres.

Ces deux femmes vont se rencontrer. Chacune d’elles va beaucoup apporter à l’autre, la transformer, la faire évoluer. Entre elles, des liens se forment….

Samia, avec sa bonne humeur, sa sensualité, son sourire, sa joie de vivre malgré tout, va sortir Abla de sa tristesse, va lui réapprendre à vivre, à ressentir les choses, à écouter de la musique, à se sentir belle et vivante… Samia qui pourtant doit faire face à cette grossesse non désirée et malgré tous ses problèmes et son avenir incertain, garde toujours le sourire et la bonne humeur. Samia qui accepte sa féminité. Samia qui accepte sa sensualité. Samia qui a une relation charnelle avec la musique, avec les objets et même avec la pâte qu’elle pétrit pour faire ses pâtisseries…

Abla quant à elle, va offrir à Samia une vie de famille, l’aider à accepter sa maternité et à tisser des liens avec son bébé…

Samia (Nisrin Erradi) dans le film Adam
Samia (Nisrin Erradi) dans le film Adam

Un film tout en sensations et émotions. Émotion qui a atteint son paroxysme dans une scène d’une intensité incroyable lorsque Samia va obliger Abla à écouter une chanson de Warda qu’elle adore mais qu’elle se refuse depuis la mort de son mari. Bien malgré elle, Abla redécouvre ses sensations oubliées dans la violence. Elle refuse d’écouter la musique, mais ses sens la trahissent….

Des images très belles, des personnages attendrissants. Deux actrices éblouissantes dans la justesse de leur jeu. Des gros plans sur les visages, sur les corps…. Maryam Touzani a su capter et filmer leurs pensées, leurs sentiments, leurs hésitations, leurs questionnements, leurs tiraillements….

A la fin de la projection, une standing ovation d’une bonne quinzaine de minutes. Les spectateurs étaient encore sous le charme.

Adam est le premier long métrage fiction de Myriam Touzani, coécrit avec son mari le cinéaste Nabil Ayouch. A ce titre, il concoure également pour le prix de la Caméra d’Or qui récompense le meilleur premier film.

Standing ovation pour le film marocain Adam de Maryam Touzani.

Publiée par Neila Massir Driss sur Lundi 20 mai 2019

 

SYNOPSIS
Dans la Médina de Casablanca, Abla, veuve et mère d’une fillette de 8 ans, tient un magasin de pâtisseries marocaines. Quand Samia, une jeune femme enceinte frappe à sa porte, Abla est loin d’imaginer que sa vie changera à jamais. Une rencontre fortuite du destin, deux femmes en fuite, et un chemin vers l’essentiel.

Neïla Driss

Festival de Cannes 2019

 

Lire sur le même sujet:

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo

Cannes 2019 - Nisrin Erradi, Maryam Touzani, et Lubna Azabal Adam

Affiche du Festival du Cinéma Tunisien

Cannes 2019 - Cinq films, des femmes et leurs destins….