Tunisie : Vers l’importation de 500 à 1000 voitures électriques

Tunisie : Vers l’importation de 500 à 1000 voitures électriques

Par -
Illustration

Le responsable « efficacité énergétique transport », à l’Agence Nationale pour la Maîtrise de l’Energie (ANME), a fait savoir ce mercredi 1er mai, que l’agence va présenter dans les prochains jours, un projet pilote, relatif à l’importation de 500 à 1000 voitures électriques, à un conseil ministériel.

Dans une déclaration à l’agence TAP, il a expliqué que ce projet pilote, qui s’étale sur une période de deux ans, prévoit, la mise en place d’un réseau composé d’une dizaine de stations de borne de recharge ultra rapide, au sein des stations Agil, dans les grandes villes du pays. « Ces stations permettront de recharger les batteries des voitures électriques à 80%, en 30 minutes ».

Ganouni a précisé que ces voitures seront uniquement, mises à la disposition des administrations publiques tunisiennes (STEG, Poste tunisienne, ANME, départements ministériels…), en vue de rationaliser la consommation énergétique. « Ces véhicules permettront de réduire la consommation énergétique de 50%, au moins ».

Ganouni a rappelé qu’une task force composée de plusieurs intervenants, dont la STEG, la Société nationale de distribution des pétroles (SNDP- AGIL), la Chambre syndicale des concessionnaires, les ministères de l’Industrie, des Finances, de Transport…, a été formée, depuis quelques mois pour discuter des différents aspects de la mise en place de ce projet: la réglementation, la fiscalité, l’infrastructure de recharge, le nombre de véhicules, les bénéficiaires de ces voitures…

Vers un projet de loi

Un projet de loi instaurant des incitations relatives à la commercialisation des voitures électriques a été soumis à l’adoption du gouvernement avant de le soumettre à l’ARP, a indiqué, lundi 15 avril 2019, le directeur central d’Hélios, filiale du groupe Al Badr et représentant officiel de la marque BYD (Build Your Dreams), Abdellatif Kallel.

« Lequel projet devra instaurer un cadre juridique favorable à la mobilité électrique en Tunisie et favoriser la commercialisation sur le marché tunisien de ce genre de voitures qui permet un gain considérable en carburants mais aussi en protection de l’environnement « , a-t-il aussi souligné.

Kallel a aussi rappelé que son groupe a déjà lancé, depuis juillet 2018, un projet pilote de mobilité électronique en collaboration avec l’ANME, rapporte l’agence TAP.

Il a mis à la disposition de l’ANME deux véhicules (un bus et une voiture utilitaire 100% électriques obéissant aux normes européennes), qui ont été affectés à des structures publiques, pour une période d’essai de 6 mois, afin d’évaluer la rentabilité, la consommation et les capacités d’adaptation de cette technologie sur le marché tunisien.

S’agissant des prix élevés des véhicules électriques perçus jusque-là comme frein à leur commercialisation, Kallel a souligné  » selon Bloomberg, d’ici 2027, les prix des voitures électriques seront les mêmes que celles à carburants. Il vaut mieux donc s’inscrire dans cette tendance mondiale qui favorise les voitures électriques, d’autant plus que l’orientation retenue par l’Etat vers les énergies renouvelables pourrait nous garantir une électricité moins chère « .

Rappelons-le, lors d’un dossier que nous avons publié en décembre dernier, nous avons souligné la nécessité de faciliter l’implantation de ce type de voiture en Tunisie, outre la mise en place d’un cadre législatif régissant ce secteur.  

Commentaires: