A défaut de vol de bagages, un vol sans bagages

A leur arrivée à l’Aéroport international Félix Houphouët-Boigny, dimanche 31 mars 2019, les passagers du vol Tunisair TU397 reliant Tunis à Abidjan (Côte d’Ivoire), ont eu la mauvaise surprise de constater que leurs bagages étaient restés à Tunis pour des « raisons de sécurité », d’après Mosaique Fm.

La compagnie nationale a présenté ses excuses suite à cet incident en précisant que l’appareil transportant les passagers, un Airbus A320, avait atteint sa charge maximale et que, compte tenu, des conditions météorologiques défavorables, il était préférable de faire parvenir les bagages le lendemain.

Les passagers ont, en effet, récupéré l’intégralité de leurs affaires, hier à 22h00 heure locale. Tunisair a, de plus, souligné que les futures acquisitions (nouveaux appareils) prendront en considération les spécificités des destinations africaines longs courriers.

En avançant l’argument de la surcharge, la compagnie nationale ne peut s’en prendre qu’à elle-même puisqu’elle autorise l’embarquement du surplus de bagages contre un supplément onéreux en dinars alors qu’elle devrait tout bonnement refuser cette faveur au passager.

Enfin, dire que les prochaines acquisitions permettront de résorber ce type de problème est incompréhensible, puisque Tunisair desserre depuis plus de 10 ans des destinations long courriers (Dakar, Abidjan, Khartoum, Djeddah) sans qu’une telle mésaventure ne se soit produite.

Sans parler de la perte d’argent engendrée par le vol amenant les bagages. Espérons qu’il ne s’agit que d’un « poisson d’avril » de mauvais goût.

M.R.

Commentaires: