Surprenant ! L’ONTT ne soutient plus « Jazz à Carthage ». Pour quelles raisons...

Surprenant ! L’ONTT ne soutient plus « Jazz à Carthage ». Pour quelles raisons ?

Par -

La traditionnelle conférence de presse de « Jazz à Carthage » a eu lieu aujourd’hui à l’auditorium de l’Institut français.

Cette quatorzième édition s’annonce sous les meilleurs auspices avec notamment un appui de l’Union européenne à cette manifestation, un programme artistique des plus relevés et un nouveau déploiement du festival sur plusieurs espaces à Carthage, Gammarth, La Marsa et Tunis.Toutefois, un bémol est à signaler en ce qui concerne le soutien de l’ONTT au festival.

En effet, sans crier gare et en toute dernière minute, l’Office national du tourisme tunisien s’est désengagé auprès des organisateurs du festival les plongeant dans un embarras que l’on peut aisément imaginer.

La situation est confuse au point où les documents du festival mentionnent le partenariat avec l’ONTT alors que celui-ci est désormais caduc à cause d’une décision de retrait communiquée en dernière minute et sans explication aucune.

Tout en ne doutant pas du sérieux de l’ONTT, le moins que l’on puisse dire c’est que cette décision de retrait doit être motivée et ses raisons expliquées au partenaire qu’on vient de lâcher.

C’est bien dommage de constater ces pratiques cavalières qui punissent les militants culturels et leur tirent le tapis sous les pieds sans crier gare.

Amer mais optimiste, Mourad Mathari, directeur de « Jazz à Carthage », souligne qu’une dernière tentative de conciliation va être faite auprès de l’office et du ministère du Tourisme et de l’Artisanat.

Plaidant la cause de « Jazz à Carthage », Mathari a évoqué les répercussions positives sur l’image de la Tunisie de ce festival et sa présence diffuse dans les médias internationaux.

De plus, il a souligné que les grosses pointures artistiques participant au festival sont toujours invitées au musée du Bardo et dans divers sites historiques et filmées au cours de leurs visites dont les échos sont ensuite diffusés sur le web. Sans que cela ne coûte un sou vaillant à l’ONTT !

Si la manière est désobligeante, les ressorts profonds de cette décision de l’ONTT restent flous et doivent être éclaircis par les responsables de cet office public. Enfin, en tout état de cause, il est injuste et moralement discutable de saborder un festival de la sorte, juste à l’avant-veille de son coup d’envoi.

Dire que « Jazz à Carthage » anime dix jours durant la région touristique des Côtes de Carthage et suscite des centaines de milliers de clics sur les réseaux sociaux à travers le monde! Décidément, l’ONTT reste parfois incompréhensible dans ses choix.

A moins que les nouveaux responsables de cet office aient été désinformés par des langues malveillantes dont les intérêts ne coincident pas avec ceux du tourisme tunisien.

Incompréhensible ! Au ministère et à son office de s’expliquer sur cette attitude équivoque envers un festival de premier plan. A moins qu’ils ne reviennent sur ce lâchage inexplicable. Ne dit-on pas qu’il n’est jamais trop tard pour bien faire ?

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo