Désertant l’ARP, nos députés trahissent nos votes, la démocratie et un pays...

Désertant l’ARP, nos députés trahissent nos votes, la démocratie et un pays endeuillé

Par -
Illustration

A maintes reprises, trop nombreuses il faut l’avouer, nos députés n’ont pas été à la hauteur de leurs responsabilités.

Absentéistes mais carriéristes, désinvestis mais veillant sur leur revenu, les députés de la nation ont trop souvent défrayé la chronique.

Les voici une nouvelle fois démontrant leur détachement des soucis des citoyens.

Alors que la session convoquée dans l’urgence à l’Assemblée des représentants du peuple promettait des révélations, ils ne sont que 42 députés à avoir fait le déplacement.

Comme quoi la représentation nationale a mieux à faire que répondre à la grande émotion qui traverse le pays, s’associer au deuil des Tunisiens et contribuer à démêler les responsabilités dans ce scandale des nourrissons morts à l’hôpital.

Ce faisant, les députés de la nation démontrent une nouvelle fois leur propension à jeter à la poubelle les votes de leurs électeurs.

Toutes obédiences confondues, ils ont – sauf de trop rares exceptions – montré qu’ils trahissaient sans vergogne aucune la confiance et le vote des Tunisiens.

Devenu des spécialistes de l’abstention au débat, nos députés étouffent les problèmes qui devraient être discutés, ignorent les priorités et laissent au temps le soin d’enterrer les dossiers où leur manque de courage les empêche de prendre position.

En tant que simple citoyen, je les réprimanderai volontiers tout en sachant que ce n’est pas la manière adéquate de dénoncer leur laisser-aller coupable.

Au fond, c’est la transition tunisienne et la démocratie qu’ils trahissent par leur comportement inqualifiable et leur absentéisme aujourd’hui et bien d’autres fois.

Ont-ils été élus pour jouer la partition de la chaise vide ? Ont-ils été élus pour toujours botter en touche préférant leurs petits intérêts au progrès social ?

Que sont devenus les débats urgents sur le camp d’endoctrinement de Regueb ou l’appareil sécuritaire qui menacerait la paix civile ? Pourquoi fuient-ils le débat sur l’égalité dans l’héritage ? Que vont-ils inventer pour ne pas intervenir dans le dernier scandale en date ?

Irons-nous jusqu’à marcher sur les cadavres de bébés innocents pour que les connivences qui nous matraquent continuent à enfoncer notre pays ?

Un peu de dignité serait de mise en ces moments douloureux où seuls parvenus et opportunistes réagiraient en termes d’équilibres politiques.

Malheureusement, trop de députés irresponsables sont en train de transformer l’ARP en épicentre de notre tragédie collective. Et dire que le Parlement de la deuxième République était censé devenir le centre névralgique du pouvoir !

Nos institutions sont malades de tous ces bricolages impénitents et la cacophonie s’installe sur fond de populisme, d’instrumentalisation de la religion et de fuite en avant.

Et pourtant, nous avons cru nos députés bien élus après un scrutin qui en 2014 consacrait la transparence électorale. Cinq ans après, quelle tristesse, quelle déception et quel affront aux électeurs toutes couleurs confondues !

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo