Appels aux protestations contre une éventuelle indemnisation des victimes de la dictature

Illustration

Sur les réseaux sociaux, notamment Facebook, les appels se multiplient pour descendre dans la rue et s’opposer à une éventuelle indemnisation prévue des victimes de la dictature.

Tout a commencé lorsque l’Instance Dignité et Vérité a annoncé avoir entamé le processus d’indemnisation des victimes de la dictature. Dès lors une vague d’indignation a envahi l’opinion publique nationale, et les rumeurs se sont propagées sur d’énormes sommes destinées au dédommagement de ces victimes.

Une colère qui s’est traduite par des appels à des protestions contre ces éventuelles indemnisations. Des intellectuels, des universitaires et des représentants de la société civile ont, en effet, appelé à une grande manifestation samedi prochain (15 décembre) à Tunis pour s’opposer à ces mesure.

C’est un groupe d’activistes indépendants qui en a été l’instigateur, activistes vite rejoints par des associations et mouvements citoyens (M’nemty. Houmet Tounes . Tunisie Action . Ajiel et Alkadhra).

Mais pour certains, cette affaire n’est au fond qu’une tempête dans un verre d’eau, car aucun budget n’a été alloué, dans le cadre de la loi de finances 2019, à ce fond d’indemnisation au profit de ces victimes. C’est notamment l’avis des deux députés à l’ARP, Sabrine Goubantini et Sahbi Ben Fraj qui confirment cette information.

Ainsi, la situation reste confuse, en attendant une position claire de la part de l’un des acteurs de cette affaire, le gouvernement ou l’IVD.

Commentaires: